Aller au contenu principal

Compétition 2015

Soumis par Hanssens stephane le mer, 15/07/2015 - 00:00

Un lieu plus que mythique. J’avais suivi une préparation bien appliquée jusque-là et je me sentais en pleine forme. Elle n’avait même jamais été aussi bonne.
Mais la première manche ne s’est pas très bien passée. J’étais trop sur la défensive. Peut-être un peu trop sûr de moi, pas assez prêt à grimper sous la contrainte. La compétition, surtout à ce niveau là, c’est ça : grimper sous la contrainte. Et moi qui suis plus un habitué de la falaise où c’est bien l’inverse, la liberté, je me suis un peu fait avoir. Et ça va très vite en Coupe du Monde. Une erreur ou un petit coup de moins et directement, tu prends vingt places. Mon objectif pour cette compétition était de rentrer en demi-finale, dans les 26, à l’issue des qualifications. Mais ce fut un échec. La première voie fut moyenne et je n’ai pas su régler le tir sur la deuxième. Trop stressé et trop d’attente entre les deux voies, en plein cagnard. Je n’avais pas un tirage favorable, il faut le dire, mais bon, ça ne devait pas m’empêcher de bien grimper.
La deuxième manche eut lieu à Briançon moins d’une semaine après. Du coup, ce fut difficile de rectifier le tir. Je m’étais mis un peu trop de pression par rapport à la France, au bon championnat que j’avais fait chez eux et je voulais leur montrer ce dont j’étais capable, être autre chose que ce petit belge. Mais de nouveau, je me suis perdu dans ma grimpe. Je ne me suis pas concentré sur ce que je devais faire. C’est difficile la grimpe à ce niveau. C’est sans garde-fou. Une erreur, et au suivant.
Après Briançon, j’étais un peu dans le trou. Pas très sûr de moi, de mes choix, de ce que je pouvais faire. Mais il y a eu un déclic. Tout d’abord, à Briançon, j’ai eu l’occasion d’essayer les finales le lendemain. Les conditions étaient un peu différentes, mais quand même. Et là, je me suis rendu compte que j’avais le niveau, que j’étais en forme et que je pouvais être en finale et grimper avec les candidats présents. Ensuite, à Céüse, j’ai enchaîné mon deuxième 8c+ rapidement. J’ai dû me battre, j’avais les éléments contre moi, mais j’y suis allé et je l’ai fait. Le vent commençait à souffler dans le bon sens.
Puis vint la troisième manche à Imst. Et là, les choses se passent enfin beaucoup mieux. Un tirage qui me fait grimper dans les premiers, beaucoup moins de pression, une première voie réussie. Du coup, la deuxième qui passe aussi bien, et une qualification pour les demi-finales avec la manière : une belle 8ème place. Celle qui qualifie pour la finale. J’y croyais mais je savais que ça allait être dur. Le format « à vue » me convient mieux. Le fait de ne pas savoir, de ne pas être « pollué » par les autres m’aide à mieux me concentrer et à donner mon maximum. Ce que j’ai fait, pour terminer finalement à une belle 9ème place. Un rien frustrant d’obtenir la première place des non-qualifié, mais j’avais réussi une compétition Internationale de difficulté. Ça m’a fait du bien, ça m’a enlevé un poids.
Maintenant, je sais que chaque compétition est différente et qu’il peut arriver tout et n’importe quoi. Mais je sais ce que je vaux et que j’en suis capable. Et ça, c’est un gros point. Prochains objectifs maintenant, ce sont la Coupe du Monde de Bloc de Munich et la Coupe du Monde de difficulté à Stavanger en Norvège, avant celle de Puurs… Encore merci au CAB-Brabant, qui me soutient dans ma passion comme peu le font. Plus d’infos, photos et vidéos sur : www.stephanehanssens.be

La saison de Coupe du Monde d’escalade de difficulté à débuté au milieu du mois de juillet avec la première manche à Chamonix, l’antre européen de l’Alpinisme.