Aller au contenu principal

Scotland octobre 2004

Soumis par Carbonnelle Guy le 20 October 2004

Cela n’a pas empêché six randonneurs de s’embarquer pour un vol à prix réduit vers Glasgow et de prendre le train plein nord. Pendant plus de trois heures, le convoi s’enfonce dans les Highlands et dans la nuit. Il est 21h30 quand nous foulons le quai de Tulloch Station, une gare reconvertie en auberge de jeunesse. C’est un bâtiment isolé à l’intersection de deux vallées. La soirée se passe autour d’une bonne table où nous échafaudons le programme pour les trois jours à venir…et se termine sous la couette pour une excellente nuit.

Après un délicieux porridge, nous nous mettons en route. Le groupe étant constitué de marcheurs de niveaux très différents (première rando pour l’un et plusieurs courses en montagne pour un autre) la première journée est baptisée :« prise de contact » avec l’environnement spécifique des Highlands. Quelques kilomètres sur un chemin qui disparaît dans le « bog ». Terrain typique de l’Ecosse et d’une partie de l’Irlande, le bog est une vaste étendue de tourbière, c’est-à-dire des touffes d’herbes émergeant d’une nappe d’eau plus ou moins profonde suivant les endroits et le tout formant des monts et vallées. Quelques rochers par-ci par-là forment des socles fermes très prisés lors d'une journée à marcher sur l'eau. Du vent, un peu de pluie, l’arc-en-ciel, des nuages…passages de petits torrents bien tumultueux; le terrain s’est relevé depuis un moment quand nous arrivons au sommet d’un mont où nous pique-niquons à l’abri du vent.

Puis c’est la descente et la longue traversée d’une forêt. De l’eau au-dessus, de l’eau en-dessous, de l’eau partout et pourtant, Dieu que c’est beau ! De retour au logement, nous nous répandons dans le dryroom avant une bonne douche, bien chaude, celle-là. Apéro, repas et plans pour le lendemain, qui sera « la » grosse journée. En Ecosse, il existe une tradition qui consiste à boucler le tour des « Munros ». Qu’est-ce qu’un Munro ? En ce beau pays, les sommets ne sont pas classés par difficulté mais par leur altitude. Les Munros sont les sommets dépassant les 3000 pieds (± 918 m) et sont au nombre de 184.

Partis de notre "base station" (180 m), nous allons parcourir quelques kilomètres de chemins (de vrais), puis suivre une longue arête (de bog), franchir un ressaut (scrambling : entre marche et escalade en mixte : tourbe et rocher), continuer sur une large arête enneigée pour atteindre le premier cairn sommital (1015 m) dans un beau brouillard digne des légendaires contes régionaux. Un membre de l’équipe se sépare du groupe pour enchaîner un deuxième sommet voisin (1115 m , un col et 350 m de dénivelée). Le retour se fait par une variante à flan de montagne (et toujours dans le bog)…Superbe journée où la lumière n’est jamais la même et le ciel toujours changeant. Pas de pluie aujourd’hui mais des nuages jouant avec les reliefs et les randonneurs. Et les couleurs, des couleurs extraordinaires : le bleu profond des lochs, les bruns, ocres et roux de la végétation, les gris et blancs des roches, du ciel …Magnifique !
Un peu avant l’arrivée à notre camp de base, nous assistons, émerveillés, à un « burnset ». Phénomène dû au soleil qui descend sous l’horizon et qui enflamme littéralement les collines et montagnes environnantes de couleurs rouge et orange profonds, et ce, pendant quelques instants.

La soirée se termine par un bon repas et une dégustation du malt régional…et toujours cette excellente couette pour passer la nuit.

Pour la dernière journée, nous allons tenter un troisième munro qui culmine dans une autre vallée. Je dis tenter, car la météo n’est (vraiment) pas optimiste. Nous voilà donc en route sous un petit crachin bien soutenu par le vent. En quittant le chemin de la vallée, nous progressons dans le bog et prenons de l’altitude en suivant le flan de la montagne qui est à l’abri du vent. A l'arrivée au col, le vent a redoublé et la température a chuté. C’est de la neige fondante qui tombe maintenant…et quand je dis tombe je devrais dire nous prend d’assaut, car les flocons se déplacent horizontalement, profitant de la force du vent. Nos équipements commencent à percer et la moitié du groupe fait demi-tour tandis que les trois autres continuent dans la bourrasque. Efforts récompensés, car une éclaircie (de courte durée) nous accueille au sommet et la vue est vraiment superbe. La descente se fait sans encombre et nous nous retrouvons tous à la station pour un séchage général, une bonne douche régénératrice et un repas mémorable.

Voilà une escapade qui vous change vraiment les idées et qui procure un vrai dépaysement.

Guy Carbonnelle

Météo : temps exécrable, neige à partir de 700 m, vent fort et averses pour la semaine…

Tulloch