Aller au contenu principal

Roches multi-goûts !

Soumis par Lemoine Luc le sam, 25/08/2007 - 00:00

... situé dans le cadre enchanteur et encore sauvage du Val Pellice (Piémont, Italie).

Nous étions une dizaine de grimpeurs sous la conduite de nos 2 guides chevronnés, Robi Boulard et Jean de Macar, et l'on peut franchement dire que nous nous sommes régalés à tous les niveaux: l’escalade, la beauté des sites, l’ambiance, et surtout les excellents repas, que nous attendions avec impatience à nos retours fourbus de nos longues virées de grimpe!

Peu importe le temps, nos guides enthousiastes nous concoctaient chaque matin un programme d'enfer, et pique-nique copieux au fond du sac, nous partions soit à pied, soit bien secoués dans le pick-up de Robi vers l'une ou l'autre falaise à découvrir.
Au fil du stage, nous abordions progressivement des parois plus importantes en nombres de longueurs ainsi qu'en qualité de rocher.
Comme avec la pomme multi-goûts, célèbre blague de notre ami Jean, nous avons tourné et tourné et tâté au granit, au gneiss, à la serpentine et même à notre bon vieux calcaire!
Voies de 1 à 2 longueurs au début, avec une révision théorique de la technique de la moulinette, nous sommes passés à des falaises de 3 puis 6 longueurs pour terminer en fin de stage par la très belle voie "Scalabrune" de 10 longueurs au Manzole !

Le mardi, seule journée pluvieuse de la semaine, nous avons eu un cours théorique sur l'installation du relais et surtout sur la descente d'une paroi par des rappels fractionnés. L'après-midi, certains sont partis faire une randonnée pépère aux alentours du refuge, pendant que d'autres se sont acharnés dans le beau surplomb d'une voie d'artif équipée
dans le porche de l'entrée d'une grotte. Nous étions à l'abri de la pluie et réchauffés (enfumés ?) par un feu que Jean avait allumé.

Le jeudi fut la plus belle journée du stage, le brouillard en altitude nous a fait nous déplacer vers le magnifique massif de la rocca «Sbarua» qui même si je ne suis jamais allé en Corse, m'a fait penser aux falaises de la Bavella. Thomas et moi ainsi que Jean avec Lambert et Edouard, nous avons escaladé la superbe voie Bon Ton, 6 belles longueurs de niveau 5C/6A avec un beau pilier de sortie en 6A+. La roche en gneiss était d'une qualité et adhérence exceptionnelle et l'équipement très sûr.

Quelques mots sur notre équipe...
Le groupe était sympa, nous avons même eu la visite de Benoît Poelvoorde qui réclamait à chaque repas sa dose de piments et un jour de pluie, Jean a cru entrevoir Mr Bean qui se camouflait sous sa capuche.
Grimper et filmer les autres grimpeurs, voilà ce que notre célèbre Lambert a réussi. Véritable artiste dans ce domaine, il arpentait frénétiquement la falaise armé de sa caméra et à la recherche du moindre scoop...

Travailleur de l'ombre car il n'apparaîtra pas beaucoup sur la pellicule (ses pieds peut-être), il nous a monté un superbe film avec des images extraordinaires, qui donnera à chacun l'envie d'en re-découdre l'année prochaine. A la fin du séjour nous avons pu constater que Lambert excelle aussi à ses heures dans l'art du peignage des rochers.

Thomas, le benjamin de l'équipe a été une des révélations du stage. Grimpeur de salle avec peu d'expérience de la falaise, il nous a montré un grand potentiel de qualités dans l'enchaînement de grandes voies en tête.
Il nous a aussi tourné une version italienne de «A nous les petites anglaises».

Babeth toujours souriante et qui n'a peur de rien sauf qu'un grimpeur ne lui tombe sur la tête, a enchaîné 3 belles longueurs, malgré un petit crachin, pour les besoins d'un film tourné par son Lambert.

Hubert, le vétéran du groupe et véritable force de la nature, grimpeur émérite et pas frileux pour un sou! J'ai fini le séjour sous 4 couvertures.

Il y avait aussi Philippe qui tel un navigateur solitaire grappillait à chaque occasion quelques minutes pour se reposer.

Francis, la force tranquille, qui malgré les vociférations de son guide était capable d'assurer celui-ci d'une seule main !

Pour terminer, Edouard pour lequel je n'ai pas de commentaires car c'est notre président, sa femme Claire et leur petite-fille Juliann, deux bonnes randonneuses et grandes amatrices des histoires sur Jeanne Calmant...

Pour conclure je dirais simplement « à refaire» car personnellement je ne me suis pas ennuyé une seconde..Le stage fut riche en enseignements, une bonne équipe, deux (supers) guides à la hauteur de nos souhaits et une bonne ambiance.

Que demander de plus ? Peut-être une pomme multi-goûts ?

Par Luc Lemoine

J'avais longtemps hésité à m'inscrire à ce stage, mais quelle bonne idée que ce rassemblement de grimpeurs sympathiques au refuge Willy Jervis....