Aller au contenu principal

Regard des jeunes sur le rassemblement de Fontainebleau

Soumis par Noël de Burlin… le dim, 04/11/2007 - 00:00

Base Camp 109m

Cette année, nous avons décidé, avec quelques copains de New Rock d’aller au rassemblement de la section à Fontainebleau. Non pas, comme dirons les mauvaises langues, pour faire chuter la moyenne d’âge d’un groupe qui nous a par ailleurs chaleureusement accueillis, mais plutôt pour faire découvrir à ceux que d’aucuns qualifieront de «jeunes» ou de «sales grimpeurs de salle, c’est selon» (Eddy Abts, communication personnelle) la magie d’un lieu mythique et l’atmosphère particulière qui y règne. Nous sommes donc partis, Delphine, Benjamin, Brieuc, Manu et moi, pour la Base de loisir de Buthiers, lieu où se déroule désormais le rassemblement de la section, étant donné le succès croissant de l’activité. Dès notre arrivée, nous sommes accueillis par Claire et Edouard, dans une ambiance décontractée et sympathique. Le temps pour nous d’installer le « camp de base » et rassembler les provisions et nous voilà partis vers le massif du Canard (je sais, ce n’était qu’un camping mais on m’a dit qu’il fallait faire vivre le récit, alors je préfère dire camp de base et provision plutôt que « monte la tente et passe-moi les sardines », ça fait plus « aventure »). Notre première excursion au massif du Canard, sera écourtée par la tombée de la nuit...on fera mieux demain.
De grès et de force

La journée du lendemain sera l’occasion de faire découvrir le massif de l’Eléphant aux nouveaux venus. Premier constat: c’est beau mais c’est dur... Ce site superbe offre en effet quelques-uns des plus jolis circuits de Fontainebleau (notamment l’orange, très beau mais engagé pour ce niveau). Pour ceux qui sont déjà venus, c’est un bonheur de retrouver ce rocher à la texture si particulière, quel plaisir de ressentir à nouveau ce frisson à la sortie d’un bloc engagé. Cette première journée aura été une agréable découverte pour les uns et une bonne remise en jambe pour les autres. La «bande à Thomas», ainsi baptisée par Lambert, rentrera tôt, soucieuse de garder des forces pour le lendemain et impatiente de profiter du repas préparé par l’infatigable tandem Babeth & Claire.

Manu Ciao

La journée du samedi fût marquée par ...la pluie, qui malgré les incantations de maître Lambert n’as pas cessé de tomber. Nous ne nous étendrons donc pas sur l’escalade. Ceux qui ont déjà été à Fontainebleau savent que pluie rime avec rando...Mais jeunes fainéants que nous sommes, incapables de nous résoudre à aller chasser le naturiste entre les sapins, ce fût pour nous l’occasion d’organiser les premiers Jeux Bleausolympiques, dans le célèbre stade de la Canche Aux Merciers. L’épreuve unique de ces jeux consiste en un pentathlon, dont les 5 disciplines sont: le jeté de tronc de bouleau moisi, le lancé du javelot tordu, la pétanque avec des glands, le lancé de Delphine (si vous ne disposez pas d’une Delphine, vous pouvez aussi essayer avec un Lambert, il paraît que ça marche bien) et la descente de Leffe au PMU de Chapelle-la-Reine. On ne sait plus très bien qui a remporté le pentathlon, mais est-ce bien là l’essentiel ? ...Nous venions de meubler une journée de pluie.
En fin de journée nous décidons tout de même, histoire de se donner bonne conscience, d’aller traîner dans le circuit bleu du massif sous le camping. On enchaîne quelques jolies fissures et quelques bons toits, histoire de se réchauffer. Tout se passe bien, jusqu’au moment où maître Manu décide de se lancer dans un hors circuit. L’artiste enchaîne le départ en randonnant mais au moment de sortir, problème, la sortie est trempée et dépourvue de la moindre aspérité pouvant faire office de prise acceptable pour le commun des mortels, si ce n’est une minuscule lame de rasoir...(Nicolas Favresse, communication personnelle), pour Manu c’est cuit. Il se lance alors dans une désescalade périlleuse et pas très esthétique, qui se terminera deux heures plus tard aux urgences du centre hospitalier de Nemours, malgré la présence de trois pareurs et de deux crashpads. Tout ceci pour nous rappeler que malgré les crashpads, on n’est jamais à l’abri d’un accident, aussi stupide qu’il soit, surtout après quelques Leffe. On se rappellera le célèbre adage: «Boire ou grimper, faut cumuler!».

Yves Raymaekers rebaptisera plus tard la voie de Manu «Let’s twist again», faisant allusion à la foulure que s’était faite le bougre lors de la presqu’ouverture. La voie en elle-même ne présentait aucun intérêt si ce n’est d’être bien exposée, ce qui soit dit en passant peut toujours être utile pour se défaire d’une vieille tante dont on doit hériter, « Vas y Raymonde, t’inquiète pas, ça passe!» (Jean de Macar, communication personnelle).

Partenaires particuliers

Le dernier jour du week-end fut clairement le plus agréable: froid et plein soleil, c’est pourquoi nous décidâmes de retourner au massif de l’éléphant (ce dernier présente l’avantage d’être assez sec dès le matin, ce qui est appréciable après une nuit froide et humide). Ces conditions idéales nous ont permis d’enchaîner une bonne partie du superbe circuit noir, dont la fameux Toit du loup, sous l’œil admiratif de Lambert, qui de son côté ne manqua pas de ponctuer cette matinée d’un essai mémorable dans Partenaire particulier (8A). Le temps d’un dernier piquenique, en compagnie de toute l’équipe et nous voilà repartis vers Bruxelles, les bras fatigués et les doigts polis, mais la tête pleine de souvenirs, et de projets pour l’année suivante.

Le lecteur attentif aura remarqué que cet article parle probablement d’avantage de l’ambiance au sein du groupe, plutôt que de l’escalade en elle-même. Cela tient probablement au fait que Fontainebleau est avant tout un lieu de rassemblement et de rencontre, qui respire la bonne humeur. Du varappeur occasionnel au grimpeur confirmé, chacun peut y trouver son bonheur dans une ambiance décontractée, propice aux rencontres. Nous nous souviendrons des Hollandais sympathiques (si si, là-bas, ça existe), des Anglais passionnés, des Allemands rieurs, des Espagnols généreux, des Français ...Français. Quoi qu’il en soit, petits et grands, bons et moins bons, nous vous recommandons chaudement de vous joindre à nous au rassemblement de l’année prochaine, pour la grimpe et pour l’ambiance !

Merci à toutes celles et ceux qui nous ont préparé les bons repas
Merci à Edouard et Lambert pour l’organisation
Merci à Albert pour les bâtons de randos, les photos et le Dafalgan
Merci à Philippe pour son foutu KLAXON !
Merci à Sylvestre pour nous avoir prêté son crash pad
Merci à Menik pour avoir gardé Sylvestre à la maison
Merci à Alexis pour le sable autour des blocs

Thomas et Brieuc

Cette année le rassemblement du 15 août se passait en novembre que du bonheur...