Aller au contenu principal

Glace éphémère 1 / 2

Soumis par Membre Cabbrabant le sam, 09/02/2008 - 00:00

... même la célèbre cascade du Pis est impraticable!! Que faire !

Je pense même l’annuler, mais finalement en accord avec Jean, il est décidé de ne rien dire et d’attendre encore quelques jours….et 4 jours avant le départ, Robi appelle d’Italie, la glace est de retour. In extremis, le stage est maintenu.

C’est ainsi que 23 participants de tous poils, du débutant au haut niveau se retrouvent le samedi en fin de journée au parking de Villanova pour monter dans la pénombre vers le refuge Willy Jervis, où l’accueil est toujours aussi chaleureux. Ce soir-là, exceptionnellement, il y a un anniversaire et 70 personnes font la fiesta, ce qui ne semble pas déplaire à certains qui se mêlent à la fête jusque tôt le matin.

Le véritable challenge est pour nos organisateurs, cinq guides de la vallée du Piémont, spécialistes de la cascade de glace, coordonnés par Jean, l’homme orchestre, qui se creuse les méninges : Comment composer les équipes en fonction du niveau de chacun d’autant que celui-ci évolue parfois rapidement au cours du stage? Comment tenir compte de la forme et des souhaits de chacun? Et surtout comment utiliser au mieux les cascades de glace qui ne sont pas au top cette année? Tous les soirs, nos guides se réunissent pour résoudre la quadrature du cercle. Petit à petit chacun trouve ses marques et sa place au sein d’une équipe.

Le temps frôle la tempête et nous rappelle que nous sommes en haute montagne et que les cascades peuvent être très humides et très froides. Heureusement, au retour d’une journée bien remplie, la chaleur du refuge, les apéros, buffets et repas gastronomiques remontent rapidement le moral.
Les soirées sont animées au gré des guitaristes, joueur de flûte et percussionnistes, tandis que d’autres se défient au « kicker italien », se réfugient derrière leurs ordinateurs portables ou dans la relative quiétude de leur chambre.

Au milieu du séjour, nous aurons droit à une soirée spéciale «Pakistan Project», le refuge étant équipé d’un super matériel de projection.
Pour le dernier soir, Robi nous réserve une surprise de taille: apéro servi à la cascade du Piz avec escalade nocturne de 80m sous le feu de projecteurs alimentés par un groupe électrogène. Pendant que quelques courageux animent la cascade de leurs gestes et de leurs cris, le vin chaud coule à flot autour d’un feu apprécié par tous mais particulièrement par ceux qui redescendent trempés et glacés de la tête aux pieds.
Le retour au refuge pour un souper bien mérité s‘effectue dans le noir, comme on peut, à pied, en crampons, en camion, en moto neige et pour les plus forts à skis tirés par moto neige sur chemin hyper verglacé !!

Lambert

"Quelqu'un m'a dit,
non point que tu m'aimais encore – ça c'est la chanson qui le dit - mais quelqu'un m'a dit que même les guides étaient très heureux de notre séjour Et voilà, car au-delà de ce qui pouvait nous différencier, petits grimpeurs du dimanche ou pros de la montagne, il y avait cette envie de faire bien ou de bien faire. Pas de longs discours, mais de la gentillesse, de la disponibilité, de l'écoute, de l'attention...

Et qui sait, verra-t-on la prochaine fois notre ami le cuistot pendu au plafond du refuge à l'aide de son piolet, mousquetonnant du pied gauche par-dessus l'oreille droite, pendant que nous récurons les gamelles ? Pourtant quelqu'un m'a dit ce qui s'embrase derrière un regard amusé ou simplement incrédule, mais je ne le sais plus, sans doute rêvais-je à cet instant d'une blanche cascade..."

François

Entre les glaçons volants,les piolets volants ou les jurons volants, pas facile de se lancer sur les cascades de glace. Il y a celles qui glissent, celles qui pissent, celles qui de chandelles en stalactites s'effritent.
Dans le val Pellice, tous les styles ont pu être expérimentés : sans les piolets, sans les crampons, avec les mains dans le dos, en tête ou en moule.
Côté technique, la progression en triangle et en carré, la rétroversion, les lunules ou les broches nous sont devenus des mots familiers. Mais on a appris aussi que la cascade, c'est pas pour les .......
Avec une broche tous les 10m, une seule consigne, ne pas tomber.

Christian

Un grand merci à nos guides : Jean, Roby, Davide, Marco, Juan Carlos et Sylvano ainsi qu’à Paola pour avoir soigné nos plaies et nos bosses, et bien sûr à Mattéo et à toute l’équipe du refuge.

Ont participé au stage : Catherine Souchon, Véronique Gaspard, Delphine D’Hoop, Menik Vynckier, Claude Obertin, François Promel, Arnaud Thille, Stéphane Focant, Yoann Hubert, Christian Fontaine, Benoît Calvi, Thomas Van Boeckel, Brieuc Noël de Burlin, Paul Metcalfe, Sylvestre Pouillard, Guillaume Rans, Tilio Rivoldini, Sean Villanueva, Nicolas Favresse, Olivier Favresse, Stéphane Hanssens, Edouard Deramee, Lambert Martin.

Le doute s’est installé, 10 jours avant la 4ème édition du stage au refuge Jervis. Catastrophe, un gros redoux a fait fondre la plupart des cascades...