Aller au contenu principal

Le sanctuaire des Annapurna

Soumis par Nagy Katalin le lun, 24/11/2008 - 00:00

Bien coatché par mon "guy..de" préféré, j'ai donc décidé de tester mon endurance en altitude.

L'arrivée à Katmandu fut surprenante.
Fatiguée par le boulot abattu en dernière minute avant le départ et le voyage, nous avons atterri dans une ville grouillante, bruyante, poussiéreuse...le choc est rude pour mes fantasmes! Heureusement Monique Lombal nous a concocté quelques visites de lieux superbes.
Nous démarrons le trek à Pohkara .... par une montée d'escaliers, dénivelé ± 700m. Ce qui sera finalement le plus éprouvant aussi bien à la montée qu'à la descente ...ce sont ces escaliers qui auront eu raison de plus d'une rotule.
Ce trek est assez fréquenté et les villages sont préparés et habitués à accueillir les trekkers même si parfois c'est très sommaire.

Je n'ai pas ressenti le parcours comme étant très difficile même si je marche à un rythme plus lent que les autres. J'essaie d'en trouver un qui me convienne et qui me permette de tenir le rythme sur la longueur du séjour. Et avoir un guide qui ferme la marche me rassure et cela me permet de trouver ma cadence.
Finalement, par sympathie ou allure similaire, on s'est retrouvé à quelques uns derrière "en tête de queue" où nous avons apprécié le paysage, rencontrés des singes, enfin d'autres, pris des photos, bavardé et partagé quelques bons moments.

Partis vers le camp de base des Annapurna à 5h du mat à la frontale, nous avons découvert chacune des montagnes éclairée progressivement par le soleil qui pointait son nez, c'était magnifique.
La descente est plus rapide et sur le chemin je croise une jeune femme, que je salue gaiement et qui me dit :"mais qu'est ce qui se passe là haut? Toutes les personnes qui redescendent sourient!! "

Nous avons poursuivi notre route, moi le pied plus léger mais pas plus rapide...

Le retour à Katmandu plus prévisible, nous a permis de faire les derniers achats et de souper en compagnie de Bim, Purna et d'Assa nos guides forts sympathiques.

Voilà j'y suis arrivée et je remercie Monique pour l'accompagnement à ce voyage.

Katalin Nagy

Pourquoi pas moi ? Ce trek ne s'annonçait pas trop difficile entre les visites, le tourisme et la marche. Le Népal, c'est aussi un vieux fantasme soixantehuitar.