Aller au contenu principal

On ne présente plus Catherine Destivelle !

Soumis par Anonyme (non vérifié) le 1 March 2004

Grimpeuse en vue dans les années ’80 (premier 8a féminin en falaise), brillante dans les compétitions d’escalade, elle effectue, par goût de l’aventure, un retour à l’alpinisme dans les années ’90 marqué par une série de réussites retentissantes.
Elle gravit, entre autres, la première solitaire du Pilier Bonatti aux Drus et une ouverture solitaire d’une voie extrême sur la face Ouest en 11 jours. Elle réalise aussi, l’ascension hivernale solitaire des 3 faces Nord mythiques des Alpes (Eiger, Jorasses, Cervin).
Parallèlement, elle s’attaque aux expéditions de grande envergure et découvre l’Himalaya : Tour de Trango, Latok, Makalu, Shishapangma, Annapurna.

Le choix du film
Catherine Destivelle donne régulièrement des conférences, en France comme à l'étranger. Elle est le personnage central de plusieurs films documentaires tournés en Afrique, aux USA, en Thaïlande, au Népal... La présentation de ces films est l'occasion de faire partager son goût des rencontres et des voyages lointains.
Le film présenté ce 24 avril retrace le voyage de Catherine au Mali. Il a reçu de nombreux prix.

La conférence et le film :
Catherine Destivelle donne régulièrement des conférences, en France comme à l'étranger. Pour relater ses ascensions et ses aventures les plus audacieuses, elle dispose de diapositives et de documents filmés sur le vif, qu'elle commente elle-même pendant la conférence. La vidéo peut relayer la photo pour donner encore plus d'intensité au programme. Elle est aussi le personnage central de plusieurs films documentaires tournés en Afrique, aux USA, en Thaïlande, au Népal... La présentation de ces films est l'occasion de faire partager son goût des rencontres et des voyages lointains. Le conférence durera 1 heure et sera suivie d'un échange avec le public.

Séo (1987) Film d'escalade en solo tourné au Mali (Afrique).
Les Dogons de Sanga, au pied de la falaise de Bandyagara, grimpent au quotidien et leur mémoire niche dans les rochers qui dominent leur village : femmes, hommes et enfants gravissent tous les jours des passages vertigineux sans rien y voir d'extraordinaire.
Fascinée par ce peuple des falaises, Catherine étonne à son tour les habitants par ses solos audacieux.
Catherine découvre ainsi des traces anciennes, ossuaires, poteries, dans des lieux aujourd'hui considérés comme inaccessibles. Son agilité et son audace font l'admiration des villageois.
Le film Seo retrace cette découverte.

Réalisateur : Pierre Antoine HIROZ
Prix : médaille d'argent au festival de Trento (Italie), Grand Prix aux JIFAS (Okuba, japon), Grand Prix et prix du public au festival des Diablerets (Suisse), mention spéciale au festival international de la vidéo sportive à Arcachon.

Catherine Destivelle : Portrait et Palmarès
L’Escalade et les Compétitions
En 1985 eut lieu à Bardonecchia (Italie) la première compétition internationale d'escalade.
A l'époque le milieu des grimpeurs était partagé sur l'opportunité de faire des compétitions, mais Catherine avait envie de voir comment c'était.
Résultat : le haut du podium en vitesse, en style et en difficulté. C'était le début. Catherine allait s'y consacrer avec succès durant 5 ans.
Petit aperçu de ses résultats les plus marquants :
1986 : 1° à Arco (Italie) et Bardonecchia
1987 : 1° à Lyon
1988 : 1° à Bardonecchia et 2° à Bercy
1989 : 1° à Snowbird (USA), 4° à Birmingham (UK)
1990 : 3° à Snowbird.

Les Ascensions Solitaires
C'est en réalisant une succession remarquable d'ascensions en solitaire que Catherine Destivelle s'est affirmée, et a été reconnue, comme une des plus grandes alpinistes de sa génération.
Le 11 Octobre 1990 elle grimpe en solo le pilier Bonatti au Dru, et en 1991 elle ouvre dans la même face sa propre voie en solitaire : 11 jours d'efforts et de difficultés.
Dans les années suivantes elle réalise les solitaires hivernales des trois grandes faces nord des Alpes : l'Eiger, les Grandes Jorasses et le Cervin.
En 1999, jeune maman, elle a réussi la Directe de la Face Nord de la Cima Grande di Lavaredo, dans les Dolomites. Partout elle est la première femme à oser se lancer dans de telles entreprises.

Les Expéditions
En 1990, Catherine Destivelle avait déjà escaladé des parois dans des pays lointains, et , après la compétition de Snowbird dans l'Utah, elle avait décidé de se remettre à la haute-montagne.
Elle allait découvrir l'Himalaya au Pakistan, en grimpant avec Jeff Lowe la tour de Trango dans le Karakorum.
Forte de ses exploits alpins dans les années suivantes, son ambition la porte tout naturellement vers la haute altitude. Après une tentative sur le Latok au Pakistan avec Jeff Lowe, elle fait une première visite au Népal en 1992, pour voir...
En 1993 elle tente le pilier ouest du Makalu avec Erik Decamp, mais la tentative est stoppée vers 7800m par l'arrivée de la mousson. Entretemps elle a repéré un itinéraire vierge sur la gigantesque face sud de l'Annapurna.
Durant l'automne 1994, toujours avec Erik, la face sud-ouest du Xixapangma au Tibet servira de galop d'essai et d'acclimatation à l'altitude, mais l'essai ne sera pas transformé sur l'Annapurna. “ Pour me sentir à l'aise, j'ai besoin d'être au mieux de mes moyens. En altitude, on est toujours dans un drôle d'état. Je n'aime pas vraiment, et en plus je trouve cela dangereux... ”
Catherine est bien sûr attirée par l'Himalaya, mais les risques que l'on y rencontre ne sont pas ceux auxquels elle accepte de se confronter. En 1996 c'est l'Antarctique qui l'attire mais l'expérience tourne court suite à un accident. Depuis 1997 son enfant la retient dans des parages moins lointains, et des projets qui ne demandent pas d'absence aussi longue...

Les Reportages
“L'escalade me fait découvrir des sites extraordinaires : pays Dogon, Sinai, Seychelles. La montagne a toujours été le moteur de mes aventures ”(Catherine Destivelle, interview Vital).
Outre ses exploits en compétition et dans les Alpes, Catherine a parcouru le monde à la découverte des plus belles parois et des plus belles montagnes, et aussi à la rencontre des populations. Car les parois qui l'attirent le plus ne sont pas forcément les plus reculées : elle aime qu'il y ait des gens, des villages, une vie à découvrir.
Elle en a rapporté de nombreux reportages photographiques qui ont été publiés dans le monde entier, et des films diffusés à la télévision.
Depuis 1985 ses pas l'ont conduite en Espagne pour une fantastique escalade solitaire, au Mali dans le pays Dogon, en Thailande à la découverte des chasseurs de nids d'hirondelles, au Kilimandjaro pour un saut en parapente, aux USA dans les tours de l'Utah et la "Tour du diable" du Wyoming, au Népal, sur les falaises d'Australie, et en Ecosse pour l'escalade solitaire du "Old man of Hoy". Mais bien sûr les Alpes et le Mont-Blanc ont toujours sa faveur !
En 1999 elle a parcouru quelques unes des plus belles parois d'Europe : ses coups de coeur ont été pour les Météores en Grèce, pour un retour dans les Mallos de Riglos en Espagne et pour le Ben Nevis en Ecosse. Cette série est faite en partenariat avec Paris-Match, pour fêter le cinquantenaire du magazine.

Les livres

Ascensions - Arthaud, 2004
En janvier 2004, sortie de l'autobiographie de Catherine, "Ascensions", chez Arthaud. Elle y raconte ses ascensions les plus marquantes.

L’Apprenti Alpiniste - Hachette jeunesse, 1996, Illustrations de Gianni Bersezio
Catherine Destivelle et Erik Decamp s'adressent ici aux enfants pour leur communiquer leur passion, comme ils le font au cours des stages d'alpinisme qu'ils animent depuis plusieurs années. Ponctué par les souvenirs de Catherine, le livre accompagne l'enfant, des premiers gestes de l'escalade jusqu'aux portes de la haute montagne. Chaque étape est l'occasion d'apprendre comment on fait, de mieux connaître le terrain de jeu des grimpeurs, les personnages qui ont marqué l'histoire de l'alpinisme, et quelques-unes des plus belles montagnes du monde.

“ L'apprenti-alpiniste est un livre qui veut faire rêver en sécurité. Le rêve, ce sont les souvenirs personnels de Catherine Destivelle, de ses débuts à aujourd'hui. La sécurité, ce sont les rudiments techniques qu'il faut connaître pour apprendre à grimper. Le tout est relié par des pages d'histoire de l'alpinisme ” (Questions de femmes)

Annapurna, duo pour un 8000 - Arthaud, 1994
“Une lutte contre le froid et la très haute altitude, écrite page à page en même temps que l'expédition ” (Tele Magazine).

Rocs Nature - Denoël, 1991, Photos Gérard Kosicki
“ Vertiges des grands espaces, immensité su ciel et du vide qui s'échappe sous ses pieds, expression d'un corps qui apprivoise les parois abruptes des canyons... ” (Sud Ouest)
“130 pages d'oxygène où il est à peine question d'effort physique, mais de revigorantes balades renouant avec l'éthique de l'alpinisme classique ” (L'Express)
“On se contente de regarder les images. Et on ferme les yeux pourne pas tomber ” (Le Monde)
“Rocs nature, livre-album qu'on en peut plus lâcher après l'avoir commencé, est du travail soigné, poli au plus fin. Comme un roc ” (Journal du Dimanche)
“Catherine Destivelle ne se raconte pas, elle parle, à travers des histoires vécues, plus de son rapport à un environnement qui lui est nécessaire, que d'elle-même. Du coup elle se dévoile avec la sincérité et l'ingénuité qui sont sa marque ” (AlpiRando)

Danseuse de Roc - Denoël, 1987
“Décidément Catherine ne rate pas ses rendez-vous, que ce soit sur le rocher, sur l'écran ou là sur le papier. Pour son premier livre il lui fallait parler d'elle et non de l'histoire de la flûte à bec : on n'est pas une star pour rigoler ! Mais elle s'en tire rudement bien la belle Catherine, avec humour et pudeur, avec le zeste d'ironie qui créée la distance. Dans une première partie alerte elle raconte pourquoi et comment elle en est arrivée là, c'est bien enlevé, plutôt joyeux et désinvolte : elle se raconte sans s'adorer le nombril. La deuxième partie est pédagogique et s'adresse au grand public, à ceux qui aimeraient se remettre en forme pour ensuite se mettre à l'escalade. Un livre ciblé large, bien conçu, plaisant et utile à la fois ” (AlpiRando)
“ Un bouquin plein d'humour, limpide et pétillant comme une bonne eau gazeuse ” (Ski magazine)

Née en 1960, l'alpiniste Catherine Destivelle est aujourd'hui connue d'un très large public.