Aller au contenu principal

Par Djebels et par Wadis

Soumis par Surny Elisabeth le jeu, 15/04/2010 - 00:00

sur les pas de Laurence d'Arabie et d'un chapitre glorieux de la révolte arabe, nous nous retrouvons projetés dans l’espace temps grâce aux cloches de Pâques...

Gommons la cohue d’un aéroport bondé, et retrouvons-nous tout de suite dans la chaleur d’Aqaba, sous un soleil resplendissant et roulant à tombeau ouvert vers Wadi Moussa (notre chauffeur était pressé). Nous y retrouvons Youssef, toujours charmant, qui nous a sorti de sa lanterne magique un bus qui nous transporte à “Little Petra”, un petit wadi peu couru (Al barrik), à quelques km de Petra. Pendant 2 jours nous arpentons Petra par des chemins plus ou moins connus, de découvertes en émerveillements, empruntant les escaliers taillés dans une roche bariolée de couleurs extraordinaires.

Le mercredi, avec un peu de retard, nous retrouvons notre guide Salamin, son aide Moussa et leurs ânes, pour un trekking de 5 jours qui va nous conduire aux portes du désert de Wadi Rum. Nous traversons le site de Petra pour nous diriger vers le Djebel Haroun (le Mont Hor où Aaron, le frère de Moïse, fut enterré),
visible à des km à la ronde grâce au petit mausolée blanc qui le coiffe.
Nos échanges sont assez limités, notre langage commun étant surtout gestuel mais la bonne volonté de part et d’autre permet de se comprendre et notre guide nous explique, à grand renfort de mouvement, notre chemin à venir lors des passages de cols. Notre randonnée se déroule dans un dédale de grès rouges entaillés de wadis et de vallées qui s’entrecroisent. Chaque jour, chaque changement de direction nous permet de découvrir une autre facette des formes et des couleurs de ce chaos qui évoluent suivant l’heure et l’intensité du soleil. La nuit, lors du bivouac, ce sont les commentaires concernant les étoiles, et la journée ce sont aussi les découvertes de buissons fleuris aux étamines ébouriffées de rouge, de jaune. Notre guide nous conte que la pluie a nourri le désert deux ou trois semaines auparavant, et nous avons le bonheur de voir une profusion de fleurs dans ce désert d’ordinaire si peu vert. De ci de là, nous traversons même des wadis où s’écoulent encore de minces filets d’eau.
Jebel Abusarib, wadi Hunard, wadi Sabra, wadi Mziek, wadi Asrek, wadi M’chaza, ces étapes enchanteresses nous mènent finalement à un désert haut perché, où des 4x4 nous prennent en charge pour le village de Wadi Rum. C’est là que nous attendent Attayak et Hassan nos organisateurs.

Il nous reste 2 jours pour user nos semelles dans des “scramblings” sur les falaises de Wadi Rum, juste de quoi goûter au plaisir de crapahuter sur des voies que les Bédouins exploraient principalement pour aller chasser les ibex aux sommets des djebels.
Pour les amoureux de l’eau un petit plongeon dans la mer rouge et un peu de snorkeling dans les massifs coralliens qui bordent la plage où les bancs de poissons aux rayures multiples et bariolées nous accompagnent.

Et voilà, notre séjour devait se terminer là... mais un volcan islandais en a décidé autrement... un détournement sur la Crête à Héraklion pendant 3 jours au bord de la plage dans un hôtel 4 étoiles tous frais payés “Au diable l’avarice, tournée pour tout le monde”... , puis un passage par Alicante (Espagne) et enfin 26h de bus nous ont permis de rejoindre nos pénates...On se souviendra de ce retour...

Ont participé à cette aventure : Hubert Leclerq et Leila Bagdadi, Claude Burlot, Yves Raymaekers et Marthe Marin, Philippe Lecocq et Claire Neuray, Tanguy de Spirlet, Claude et Marion Francotte, Jean Michel Hoeffelman, Lambert et Babeth Martin
Quand : du 4 avril au 15 avril et retour réel le 19 avril à Bruxelles...
Organisateurs : Attayak Aouda - Wadi Rum Mountain Guides - attayak@rumguides.com Mobile phone +962 (0) 795.834.736
Sur place : Hassan Aouda – toute l’organisation du trekking et Omar Aouda pour les « scramblings ».

Babeth Surny

De Pétra, la mythique cité des Nabatéens, carrefour d’antiques routes commerciales, aux 7 piliers de la sagesse,

Petra