Aller au contenu principal

Elbrouz 5642m

Soumis par Debecker Johan le 28 mai 2010

Le géant à deux têtes de glace domine d’au moins 1.000m les sommets voisins de la chaîne du Caucase Central. Tout le massif est couvert d’un chapeau glacé impressionnant. En persan, Elbrouz veut dire « Montagne de Neige ».
Après sa réussite du Kilimandjaro en ce début d’année, Johan a une idée qui lui trotte en tête…..les « 7 Summits» ….un rêve qui peut devenir réalité ?
Lambert Martin

Le voyage
J'ai réservé un hôtel à Moscou à +/- 26 km de l'aéroport. Il me faudra 1h30 en taxi pour y arriver tellement le trafic est intense. J'en profite pour aller tirer quelques photos du Kremlin et de ses alentours. Le lendemain, arrivée dans le Caucase à l'aéroport de Mineralnye Vody.
Les contrôles par les autorités russes sont permanents, sur le tarmac, dans l'aéroport et à la récupération des bagages. Le guide Vladimir m'attend à la sortie et nous partons pour 5h de route en minibus. Hôtel à 2.350 m et 1er contact avec le reste du groupe composé de 6 autrichiens, 4 allemands, 3 danois et moi le Belge.
Jour 2 :
1 heure de marche d'approche pour prendre le télésiège qui nous emmène vers 2.900m. La suite est à pied jusqu'à 3.500m. Il y a énormément de neige, les crampons, bâtons et guêtres ne sont pas de trop. 10 minutes plus tard, nous sommes arrêtés par des militaires armés de Kalachnikov qui nous interdisent de monter et nous réclament un permis spécial. Nous sommes à la frontière Géorgienne et il existe encore une certaine tension entre les 2 pays !
Nous sommes obligés de rebrousser chemin et après des coups de fil interminables, nous obtenons l’autorisation et grimpons jusqu' 3500 m en direction du pic Chegen. 20 minutes pour admirer le panorama et la descente s'amorce vers notre hôtel pour préparer les bagages pour la suite de l’ascension.
Jour 3 :
Nous prenons le téléphérique jusqu'au refuge de Bochki à environ 3.700m. Une fois les affaires empaquetées dans nos bidons, nous continuons notre acclimatation en montant vers 4.700 m. Il nous faut 5 heures pour arriver aux rochers de Pastoukof dans une tempête de neige permanente et un brouillard dense. La descente de 2h00 se fait dans les mêmes conditions. Un mal de tête persiste durant le reste de la journée et toute la nuit.
Jour 4 :
Pas grand chose à dire de cette journée, juste qu'un groupe de 20 autrichiens a tenté le sommet et a dû rebrousser chemin à cause du froid, du brouillard et du vent. Afin de compléter notre acclimatation, nous faisons un aller-retour jusqu'au refuge de Priut à 4.200 m, pour y faire des exercices de blocage de chute et glissade avec le piolet. Le mal de tête a disparu, l'acclimatation commence à faire de l’effet et l'appétit revient.
Jour 5 :
Dernier jour d’acclimatation, aller-retour jusqu’au refuge Priut le matin et repos l’après-midi. Briefing à 19h00 pour le départ du lendemain à 3h00.
Jour 6 :
Le jour "J" est arrivé, le groupe a décidé de monter entièrement à pied et de ne pas utiliser la chenillette du refuge qui permet de commencer l’ascension 1000m plus haut vers les rochers de Pastoukof et de gagner ainsi 5h00 de marche. Pour nous, cela fait un bon dénivelé de 1942m !!
Vladimir nous annonce que c'est une journée propice à la montée avec du soleil, il omet juste de nous signaler que le vent soufflera à 50 km/h.
Nous espérons que celui-ci diminuera avec le lever du soleil, mais il n’en est rien et cela engendre dans mon esprit, une furieuse envie d'abandonner et de recommencer la nuit prochaine. Le guide m'en dissuade. Une méchante trachéite contractée trois jours avant la montée ne facilite pas les choses et les quelques médicaments que je prends ne semblent pas faire d’effet. J'halète toute la montée en n'ayant que mon objectif en tête. A 600m du sommet, j'ai un besoin urgent et il ne faudra que 3 secondes pour avoir 3 doigts gelés aux 2 phalanges de la main gauche.
Le sommet est atteint après 10h30 de marche. Je ne regrette pas l’effort fourni, la vue est époustouflante, au-delà de mes espérances. Des montagnes à perte de vue à 360 degrés.
Plus que 2.000m à descendre, mes cuisses sont en coton après l’effort de la montée et vers 17h00, j’arrive au camp de base. Après le repas du soir, une bonne nuit est la meilleure des récompenses.
Pour info:
Du 20 au 28 mai 2010 voyage inclus
Prix tout compris: 1251,00 € (avion + agence)
2450,00 roubles pour 1 nuit d’hôtel à Moscou (63,00 €). 360 roubles pour le transport de nos bagages en chenillette. (9,54 €). 100 € de pourboires.

Et maintenant.... au suivant : l’ Aconcagua le sommet des Andes.
Pour plus d’info : http:// www.7summits.be

Johan Debecker

Le géant à deux têtes de glace domine d’au moins 1.000m les sommets voisins de la chaîne du Caucase Central. Tout le massif est couvert d’un chapeau glacé impressionnant.

Mont Elbrouz 5.642m, Chaîne du Caucase Central