Aller au contenu principal

News falaises - Escalade sportive en Patagonie

Soumis par Villanueva Sean le jeu, 01/03/2007 - 00:00

... «Tu pars voyager en Patagonie? Génial! Tu prends tes chaussons?»
«Ah non, grimper dans des conditions extrêmes, c’est pas trop mon truc. En plus je n’ai pas d’expérience en montagne. J’y vais juste pour visiter et faire des randonnées».
Il me semble que beaucoup de gens se font de la Patagonie une image de montagne sauvage avec une météo féroce. C’est peut-être le cas, mais il n y a pas que ça, c’est bien plus varié. Il faut savoir que point de vue escalade, il y a aussi le bloc, le terrain d’aventure et de l’escalade sportive dans les vallées où la météo est souvent beaucoup plus favorable et même dans des paysages désertiques où il ne pleut presque jamais!

Donc aujourd’hui pas de compte-rendu héroïque de braves grimpeurs se mettant face aux conditions extrêmes des forces de la nature… C’est clair que pour la montagne il faut aimer souffrir, avoir une patience de moine, pouvoir accepter et gérer les dangers et il faut pouvoir accepter que peut-être tu ne grimperas pas du tout! (à cause de météo)! Quand nous écrivons des articles sur la Patagonie c’est souvent des récits sur nos expériences les plus fortes, mais parfois c’est chouette de pouvoir chercher ses limites physiques sans les contraintes qu’impose la montagne. Voici une petite description d’un site d’escalade sportive en Patagonie qui vaut bien les plus belles falaises au monde: Valle Encantado (La vallée enchantée)! Pour vous faire saliver un peu et vous convaincre de prendre vos chaussons d’escalade si un jour vous compter traîner vos fesses dans ce coin-là.

La Valle Encantado se trouve à moins d’une heure de bus de la ville de Barriloché (au Nord de la Patagonie, le Sud de l’Argentine). Quand le bus démarre, on se croirait facilement en Suisse: des lacs bleus comme une carte postale, des sapins ajoutant du vert aux paysages et les majestueuses montagnes qui forment le fond du décor. Très rapidement le panorama devient plutôt désertique, nous sommes dans la Pampa Argentine. Des collines chauves avec quelques touffes d’herbes sèches, une terre stérile de sable et de cailloux jusqu’à perte de vue. En bref, il n’y a rien! ni à droite, ni à gauche, ni devant et ni derrière. Puis, tout doucement nous arrivons dans une vallée perdue en plein milieu de nulle part…

Une rivière d’eau cristalline serpentant son chemin dans le fond de la gorge, les bords décorés par une végétation et…une étrange variété de rochers psychédéliques!!!
Des tours de roche volcanique qui semblent avoir les mêmes formes que les nuages...Des trous multiformes dispersés sur une pierre jaunâtre…

En gros c’est un peu comme Freyr, une grande vallée avec dans le fond une route et une rivière mais bien que la rivière soit de la même taille, l’eau y est transparente, potable et saturée de poissons. La végétation et les rochers ne ressemblent pas du tout à Freyr, il n’y a pas de friterie au sommet, ni de Chamonix pour vous accueillir avec des bières après une longue journée d’escalade, pas de motards qui passent les dimanches, pas de prises patinées, pas de troupeaux de varappeurs et il ne pleut presque jamais.
Sur la rive côté route, il y a une centaine de voies dont la plupart sont du 7ème ou 8ème degré et d’une longueur plutôt courte. Des petits bombés de trous, des grottes, et des petites plaques verticales, de quoi bien s’amuser. Mais la partie vraiment majeure, l’enchantement, c’est de l’autre côté de la rivière… Il n’y a pas de pont dans les environs, et donc le seul moyen de traverser c’est avec un petit bateau gonflable acheté pour 10 euro au supermarché de Barriloché. Embarquement de tout le matos d’escalade, quelques grimpeurs acharnés, et ramez mes amis, c’est parti pour le pays des merveilles! Ici nous sommes en autonomie totale, il n’y a pas de maison, pas de route, pas de voiture…on se croirait au «Wild West». A une époque révolue, ce terrain était sacré pour les peuples indigènes et des anciennes peintures rupestres dans les grottes nous rappellent que nous ne sommes pas les premiers à honorer ces lieux et ces rochers. Il y a plus de 300 voies équipées de tous les styles mais les gros et légers dévers sur trous prédominent. Un peu du genre secteurs Cascade et Berlin à Céüse. Toutes les cotations, mais pas mal de parois gorgées de voies en huit: 8a+, 8b, 8a, 8b, 8b+,… Il y a deux, trois Argentins très forts qui passent leur temps à équiper depuis quelques années et le potentiel est encore énorme. Des grimpeurs forts comme Iker Pou, Dani Andrada, Arnaud Petit et Alex Chabot ont déjà fait leur petite visite dans le coin pour se noyer dans ces lignes majeures. Mais ce qui ajoute vraiment à la grandeur de l’endroit, c’est la beauté du paysage, la tranquillité, et le fait de devoir traverser la rivière en bateau gonflable. Ici c’est le paradis!

Les deux années où nous sommes allés en expédition en Patagonie, nous avons terminé notre voyage par une semaine de Valle Encantado, et ça fait toujours un peu bizarre de pouvoir grimper tous les jours à fond, sans devoir s’inquiéter de la météo, sans les grosses marches d’approche, sans les glaciers, la glace, le froid ; ici on grimpe jusqu’à ce que le corps ne tienne plus les prises.
Ce n’est pas le seul site d’escalade sportive en Patagonie: à Barriloché même, comme à El Chalten, il y a plusieurs petits secteurs, mais rien de supérieur à Valle Encantado. Donc pour les amateurs d’escalade sportive…vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Infos pratiques:
De Barriloché, prendre un bus pour Buenos Aires et demander au chauffeur de s’arrêter à la pompe à essence de Confluenza, ou encore mieux, sur le parking du Virgen (petite statue de la vierge) 3km avant Confluenza. Le voyage prendra moins d’une heure et vous coûtera 10 pesos (2,4euro). De Buenos Aires le voyage vous prendra au moins 20 heures. Achetez vos provisions à Barriloché. Sur place, il n’y a rien à part la pompe à essence qui vend quelque petits trucs. Bivouac toléré (il y a pleins de grottes), ne pas faire de feux, si tu veux mettre une tente, mieux vaut rester du côté de la route, respectez les lieux et minimalisez votre impact.

PAKISTAN 2007
Ce 20 juin, nous partons pour une expédition d’un mois et demi au Pakistan dans la région du Baltoro (Tours deTrango) et Charakusa (Nord Ouest du Pakistan). L’équipe est composée des frères Favresse (Nicolas et Olivier), moi-même, et un grimpeur Polonais très fort nommé Adam Pustnelik. Ce dernier a déjà réalisé du 8c+ en escalade sportive et des ouvertures de Big Wall au Kirghizstan et il sera sûrement un beau bénéfice à notre expédition puisqu’il s’occupe d’apporter la Vodka. Cette fois-ci, nos objectifs sont plus abstraits et sûrement plus difficiles à réaliser que dans les expéditions précédentes, mais on peut déjà vous dévoiler que nous n’y allons pas pour faire du pédalo, mais bien pour grimper de grandes parois rocheuses. Nouvelle difficulté que nous allons devoir affronter : l’altitude, puisque les parois que nous voulons gravir vont jusqu’à 6.500 m et les problèmes liés au manque d’oxygène feront donc partie de notre challenge.
Si vous voulez suivre nos aventures n’hésitez pas vous brancher sur www.xpedition.be à partir de fin Juin jusque mi-août.

Sean Villanueva

A plusieurs reprises j’ai rencontré des collègues grimpeurs planifiant un voyage tout au Sud du continent Américain et souvent la conversation commence de la même façon...

valle Encantado