Aller au contenu principal

Le Tour du Cervin Risque zéro ?

Soumis par Govaerts Michel le 20 July 2005

C’est un tour absolument superbe, combinant une ambiance haute montagne, la proximité des plus hauts sommets, des passages (faciles) sur glacier, mais aussi la découverte des très belles vallées suisses, avec leurs alpages, les chalets traditionnels, une nature éblouissante.

C’est sûrement une des plus belles randonnées des Alpes. Allez-y vite, vous ne serez pas déçus ! Et pour vous mettre dans l’ambiance de la vallée d’Arolla, (re)lisez « A la recherche de Peter Pan » de Cosey…
Le dilemme : montagnard ou randonneur ? On ne peut cependant y aller les mains en poche. En consultant les informations disponibles, on reste un
peu perplexe : les cartes montrent de longs passages sur glaciers; les descriptifs parlent d’étapes de 8 heures de marche effective, de passages « exposés », et recommandent cordes, crampons, et même de faire appel à des guides pour le passage des cols glaciaires.

A ce tarif-là, les randonneurs « GR » laisseraient tomber et les « vrais » montagnards choisiraient plutôt de passer plus près des sommets par le « petit » Tour du Cervin (le Zmuttgletscher au nord du Cervin et
le col de Valpelline).

Notre itinéraire… Les refuges…

Pour notre semaine annuelle de balade avec un groupe d’amis inexpérimentés, l’objectif paraissait donc un peu « limite », mais tellement tentant… Après avoir soigneusement fait le tri des informations
disponibles, nous avons choisi de faire la partie sud du tour, partant d’Arolla et arrivant à Zermatt par l’Italie. Logement en refuges d’altitude plutôt que dans les vallées, que nous traverserons rapidement…

1er jour : Après une nuit au gîte « L’Ecureuil » à la Sage (simple et bon marché), départ du parking d’Arolla et montée jusqu’au « Refuge des Bouquetins » (2980m) par le Haut Glacier d’Arolla (balisé par des trépieds). 4-5h de marche. Mise en jambes et premiers pas sur glacier pour la plupart, très facile au demeurant. Superbe panorama et merveilleuse sensation d’isolement au refuge dominant le glacier (non gardé, 15 places, réchaud et vaisselle).

2e jour : Passage facile bien que glaciaire par le « Col Collon » (3082m). Belle mais longue descente jusqu’au « Refuge de Prarayer » (2010m, touristique, confortable). 4-5h de marche. Selon les descriptifs, ces deux étapes devraient être réalisées en une seule journée. Suicidaire…

3e jour : Belle montée vers le « Col de Valcournera » (3072m), avec un pierrier raide et sportif sur la fin (mais sans danger). Descente nord d’abord exposée sur 40m, puis douce et magnifique jusqu’au
lac de Cignana. Cascades et reflets extraordinaires dans le lac. 6h de marche. Logement au « Refuge Barmasse» (2169m, cossu, tenu par deux vieilles italiennes, nourriture extra, prix en conséquence).

4ejour : Courte montée au « Col de Cignana » (2445m), puis belle descente vers Breuil parmi les edelweiss, en découvrant progressivement les grands sommets (Cervin, chaîne du Mont Rose). Traversée en apnée de la vallée par un sentier longeant le torrent, et remontée rapide par le téléphérique
du « Plan Maison » (2548m). Ouf ! D’ici nous avons choisi de monter le long des téléskis, au pied sud du Cervin, jusqu’au mythique « Refuge Théodule » (3317m). Sol défiguré bien sûr, mais paysages grandioses en levant les yeux… Montée facile et bien balisée que nous terminons dans
une terrible tempête de grêle+neige (ne jamais oublier une tenue hivernale en montagne…). 6h de marche.

5e jour : Descente facile mais encordée du glacier « Oberer Theodulgletscher » à proximité de téléskis.Même s’il est relativement plat, quelques crevasses parsèment le glacier, et deux jolis petits trous ronds dans la trace font réfléchir les sceptiques. Paysages toujours grandioses partout autour de nous. Téléphérique de « Trockener Steg » (2939m) à « Schwarzsee » (2584m), où le Cervin nous montre son classique mais extraordinaire profil. Nous avons ici choisi de descendre par le pied de la face nord, et découvrons les superbes jardins de « Stafelalp » puis les villages traditionnels de « Stafel », « Biel »,« Zmutt », « Hubel ». Nous suivons un sentier balcon face au massif du Mont Rose, qui nous laisse
loin au-dessus de Zermatt. Remontée irréelle dans la gorge de Trift jusqu’au refuge du même nom (2337m, patron hilare, bière excellente), où nous retrouvons Babeth et notre bien-aimé président. 6h de marche.Le lendemain, nous traversons Zermatt au pas de course et sautons dans un mini-bus (sympa et efficace, réserver chez « taxi.fredy@smile.ch ») qui nous ramène à nos voitures à Arolla.

Les difficultés, le matériel…

Dans de bonnes conditions, c’est une randonnée agréable et sans difficulté technique. Mais un minimum de matériel et d’expérience glaciaire sont absolument indispensables, qui permettront de maintenir facilement un niveau de risque « normal » pour une randonnée en haute montagne.Prévoir au minimum encordement pour tous et matériel de récupération en crevasses.

Haut Glacier d’Arolla : nous l’avons remonté sans difficulté, car il était totalement déneigé. Il y a cependant de larges crevasses vers 2800-2900m avant la montée au Col Collon et au pied du Refuge des Bouquetins. Encordement indispensable si de la neige subsiste. Descente versant nord du Col de Valcournera (3070m, face nord): Sur les premiers 30-40m, la trace
descend en biais dans une pente ébouleuse raide, exposée au-dessus de barres rocheuses. Malgré quelques aménagements (fers à béton, marches), l’endroit est dangereux, même par temps sec. Des anneaux en place permettent de sécuriser totalement le passage par une main courante
(prévoir 40 m de corde), sur lesquels les débutants devront se mousquetonner. Si l’enneigement subsiste ou par temps de pluie, l’endroit est à réserver à des personnes expérimentées et bien équipées (crampons, piolets).

Glacier Théodule (« Oberer Theodulgletscher ») : Plat et débonnaire, mais des crevasses coupent la trace, surtout au pied du col, et la neige subsiste tard (face nord). Encordement frustrant mais nécessaire.

Michel Govaerts et Véronique CamusC

Bibliographie et infos utiles…
« Le Tour du Cervin » de Mario Colonel (Arthaud, 2002) pour les belles photos mais surtout l’encart de 8 pages avec plein d’infos utiles. Depuis lors, plusieurs refuges ont été créés et permettent de raccourcir les étapes.

« Tour du Cervin 2003 » par des membres du CAB-Brabant.
http://users.skynet.be/tourducervin/index.htm
Carte Kompass 1/50 000 nr 87 (Breuil Cervinia)
Cartes Nationales Suisses 1/50 000 nrs 5006 (Matterhorn), 274 (Visp), 293 (Valpelline)

Une superbe randonnée…
Le Tour du Cervin par les sentiers de randonnée a été popularisé ces dernières années par un effort coordonné des différentes vallées, la création de refuges, le balisage

Cervin, Zemat