Aller au contenu principal

Séjour en Birmanie

Soumis par Membre Cabbrabant le 5 mai 2006

J'y ai passé 4 semaines et j'ai vraiment beaucoup aimé, c'est un pays superbe, encore assez fermé aux influences occidentales. Pas de Coca-Cola là-bas! J'imagine que cela a quelque chose à voir avec l'embargo des EU. C'est le pays d'Asie du sud-est le moins fréquenté par les touristes. Le fait qu'on n'y ait accès que par voie aérienne y joue certainement un rôle. Grâce à cela, les Birmans restent assez "authentiques" (plus qu'au Laos), gentils, hospitaliers, toujours prêts à aider un étranger et surtout extrêmement souriants! Vraiment je n'ai jamais reçu autant de sourires sincères, "gratuits", qu'en Birmanie. C'est fou mais quand des gens vous sourient à longueur de journée, ça vous réchauffe vraiment le cœur! Les enfants aussi disent gentiment bonjour, certains disent "hello" mais la plupart disent d'emblée "bye bye" en agitant la main, ce qui est assez déconcertant au début. Dans les villages de montagne, certains enfants ont couru pour me rattraper et m'offrir une fleur sans rien demander!

Bien sûr, il ne faut pas oublier que la Birmanie est un pays dirigé par une junte militaire, mais en tant que touriste, on le ressent très peu. Il y a certaines choses visibles. Par exemple, de grands panneaux rouges dans la rue prétendant exprimer les "désirs du peuple". Sous forme de 4 slogans, ces panneaux encouragent la population à écraser tout élément destructeur, interne ou externe, comme l'ennemi commun ; à s'opposer à ceux qui tentent de mettre en péril la stabilité de l'Etat et le progrès de la nation; à s'opposer à ceux qui dépendent d'éléments externes ou qui ont des vues négatives et enfin à s'opposer aux nations étrangères interférant dans les affaires internes de l'Etat. Il est évidemment interdit de photographier ces panneaux. On ressent très fort le fait que les Birmans ne soient pas libres de parler ouvertement de politique. J'ai essayé de lancer le sujet à plusieurs reprises, dans des occasions qui me semblaient sans risque pour eux, mais sans aucun succès. Apparemment il y a pas mal d'"espions" en civil qui surveillent les conversations dans les salons de thé par exemple. Ceci dit même en montagne, au milieu de nulle part, ils sont réticents à parler de politique. Mieux vaut ne pas insister car ils risquent gros... Et enfin le fait que le gouvernement censure Internet (y compris Yahoo et Hotmail), écoute toutes les communications téléphoniques et lit les lettres ou cartes postales envoyées ou reçues...

Je pense malgré tout qu'il ne faut pas hésiter à aller en Birmanie. Les Birmans ne demandent que cela. Le tourisme est une des seules industries à laquelle ils ont accès. De plus il y a moins d'abus des droits de l'homme dans les régions fréquentées par les touristes et enfin il y a moyen, en évitant d'avoir recours aux transports gouvernementaux, aux hôtels gouvernementaux, etc... de faire en sorte que la majeure partie de ce que l'on dépense aille aux habitants et non au gouvernement.
Concernant mon itinéraire, j'ai donc atterri à Yangon, la capitale, où j'ai visité la Paya Shwedagon qui est le temple le plus sacré du pays et où il règne une atmosphère très particulière due à la grande ferveur bouddhiste des Birmans.

Le lendemain de mon arrivée, Crystal, une australienne rencontrée au Laos, m'a rejointe et ensemble nous sommes allées à Bagan dans la partie centrale ouest de la Birmanie. Bagan est un site archéologique étonnant où se dressent des milliers de temples bouddhistes datant pour la plupart des 11, 12 et 13ème siècles. Il règne au milieu de tous ces temples, une ambiance à laquelle il est difficile de rester insensible. Du haut d'un de ces stupas avec vue sur l'ensemble des temples, nous avons assisté à un lever de soleil mémorable... un moment magique. Au bout de 4 jours, Crystal, n'ayant qu'une semaine en Birmanie, est retournée vers Yangon et j'ai continué vers Mandalay, la 2ème plus grande ville de Birmanie après Yangon. En chemin, je me suis arrêtée à Myingyan pour y voir les restes de Soon Lu, un moine décédé il y a 50 ans et dont le corps, complètement desséché, est incroyablement bien conservé. Impressionnant! Un moine m'a expliqué que Soon Lu avait acquis, grâce à une pratique intense de la méditation, des pouvoirs particuliers tels que celui de conserver ainsi son corps. Selon lui, son âme est actuellement au Nirvana et son corps reste présent sur terre afin de continuer à exercer une influence positive sur les habitants de Myingyan et des environs.

Après cette visite, je me suis rendue à Mandalay où j'ai fait la connaissance de 2 jeunes moines qui m'ont fait visiter leur ville ainsi que Mingun et Amarupa, deux des quatre cités anciennes proches de Mandalay. J'ai passé de bons moments en compagnie de ces moines mais leur anglais étant très moyen, j'ai donc eu beaucoup de mal à les comprendre.
Hsipaw, une petite ville dans le nord-est de la Birmanie, dans l'Etat Shan. Hsipaw est une paisible petite ville, entourée de collines et de montagnes où il fait particulièrement agréable. J'y ai passé quelques jours à lire, écrire, me balader, goûter la cuisine shan, visiter les monastères et discuter avec les moines et les touristes de ma guest-house.

Et puis enfin, dernière destination avant de retourner à Yangon : Kalaw. Kalaw est une petite ville située à 1300 m d'altitude (comme Kathmandu!), toujours dans l'Etat Shan mais dans la partie sud de celui-ci. La ville est entourée de montagnes et de forêts de pins. Elle abrite une population peu nombreuse composée de Shans, de Birmans, d'Indiens et de Népalais (anciens Gurkhas ayant servi dans l'armée britannique). J'y ai fait un petit trek de 2 jours, accompagnée d'un guide birman intéressant et sympathique. Ces 2 journées de marche m'ont fait un bien fou. Nous avons traversé de superbes paysages et plusieurs villages peuplés de tribus Palaung et Danu, portant encore leur habit traditionnel. Nous avons passé la nuit à un point de vue situé à 1600 m d'altitude où vit une seule et unique famille... népalaise !! Pour moi cet endroit ressemble à un coin de paradis. Il y régnait une paix et un calme absolu dans un environnement superbe... Je me verrais bien y vivre quelques mois et travailler dans les plantations de thé, de fruits et de légumes divers de cette famille népalaise... Qui sait, peut- être une prochaine fois?!

Violaine

Bonjour à tous Mingalaba. De retour à Bangkok, j'ai enfin l'occasion de vous raconter mon séjour en Birmanie.