Aller au contenu principal

Paisible plénitude.

Soumis par Disneur Thierry le mer, 15/09/2010 - 00:00

Fin de saison. Je suis accompagné de deux membres du Cab, Anne et Jean-Marc.
Mais nous sommes étrangement seuls. Une intensité particulière a marqué notre course.

Dans les pentes du Tacul, nous avions croisé les deux cordées parties 1h30 avant nous.
Elles ont rebroussé chemin, n’ayant pas trouvé de passage vers le Col du Tacul.
Nous serons alors isolés dans ce monde minéral. Et l’unique trace laissée la veille par la cordée anglaise avait disparu, effacée par les dernières précipitations.

Atmosphère irréelle. Le vent est paisible et cependant le froid est mordant.
La rimaye du Tacul s’est transformée en gouffre noir. Affublée d’une échelle dérisoire à l’extrémité pliée. Cet escalier éphémère a laissé choir sa moitié, noyée, à la dérive dans la lèvre inférieure. Dressant un instant son bras métallique dans le faisceau de ma frontale.

Avant le Col du Tacul, nous laissons la fraîche trace nocturne, fil conducteur, se perdre devant nous dans les séracs. Après un saut inconscient entre deux icebergs dangereusement décalés, cette trace folle louvoie puis s’éteint en un rappel audacieux dans ses traces inférieures.
Implacable, la montagne nous rappelle que rien jamais, n'est joué.
Il faudra donc apprivoiser les pentes voisines et aborder une crevasse moins hostile.

Plus loin, le sérac du Maudit a balayé le passage de ses multiples blocs, laissant en sentinelle menaçante une tour instable qui se penche dans le plus grand silence.
On s’enfonce lentement dans cette immensité en pénétrant la poudreuse volage qui s’attache au glacier compact, liaison frivole. Mauvaise pente. Le jour se lève maussade, mais une belle journée nous salue. La corde supérieure de la face du Maudit se montre froide.
Elle s’isole, fixe, dans la glace.

Enfin, le sommet du Mont Blanc nous recueille… apaisement, calme absolu.
Trop fort. Nos yeux se prolongent dans le ciel bleu. Toujours plus haut.
Ce ciel qui avait déployé l'ombre du sommet géant sur sa toile de fond orangée.
Là, mes pensées sont allées vers Chloé, qui a rejoint cette merveilleuse plénitude.

Thierry Disneur

Vendredi 10 septembre : nous atteignons le sommet du Mont Blanc par la Traversée des 3 Monts.

Mont Blanc, Chamonix