Aller au contenu principal

Voile et escalade en Sardaigne

Soumis par Guillot Anne le 26 September 2010

Fin septembre 2010 : beau temps pour grimper et bon vent pour naviguer sur une mer turquoise ou d’un bleu profond, c’est selon…
Par un vent assez fort (force 6/7), nous sommes partis de Portisco, petit port au nord est de la Sardaigne, direction le sud! Ici aussi l’eau est magnifique, couleur émeraude, on est sur la « Costa Smeralda » …
Nous rejoindrons d’abord Caletta (et un joli village perché sur une colline, nommé Posada) avec notre bateau de presque 15 mètres (Océanis 473).
Nous sommes partis à huit,- six italiens pure souche, une transfuge italienne et une transfuge française vivant en Belgique-, avec Sergio comme skipper et Mario comme guide pour l’escalade. Tous membres du CAI et du CAB : comme quoi tous les peuples peuvent s’entendre, ce n’est qu’une question de choix (petite digression, trop belle occasion)…

L’idée d’associer la navigation avec l’escalade vient de Daniela : Mario qui est guide de montagne et d’escalade en Italie a relevé le défi.
Le mal de mer s’est invité à bord et a malmené certains d’entre nous : les mouillages n’étaient pas toujours à l’abri et le vent soufflait parfois de la mer, ce qui provoquait roulis ou tangage.
L’escalade sur des rochers bien durs permettait de rétablir le centre de gravité...

Nous avons grimpé dans des endroits enchanteurs aux noms étranges parfois : dans le Golfe d’Orosei, nous avons escaladé à Cala Gonone (Biddiriscottai), Cala Luna, Cala Fuili, Golorizè… Toujours en bord de mer, avec si possible vue sur le bateau.
L’un des endroits magnifiques où nous avons grimpé est la spectaculaire aiguille de Goloritzè (Aguglia di Goloritzè), éperon rocheux que l’on peut escalader de divers côtés. Notre guide a choisi la voie Easy Gymnopedie, cinq longueurs (5c, 6b, 6b, 6a, 6a), se terminant sur une pointe où nous nous sommes serrés pour tenir à plusieurs!
Cinq longueurs d’un beau rocher calcaire, toujours avec la mer en arrière-fond et ce plaisir de voir un splendide paysage d’en haut, comme récompense des efforts fournis…
La voie choisie est « la plus facile » sur cet éperon, imaginez-vous la difficulté des autres !
Sur cet éperon rocheux, une des voies ouvertes dans les années 80, par un italien, Manolo, l’a été par un jour de grand vent : lors de la descente en rappel, les cordes volaient à l’horizontale et la voie a été baptisée « Symphonie des moulins à vents ».
Un autre endroit où le rocher est magnifique, c’est Cala Gonone : des voies dans des grottes ouvertes sur la mer, « peintes » de couleurs chaudes et colorées comme si quelqu’un s’était amusé avec les couleurs… Plus loin il y a des stalactites de pierre et puis cette dentelle de roche, tellement belle...
Directement en bord de mer, pieds nus dans le sable en train de regarder « les autres » s’échiner à la tâche et tenter des voies difficiles,… c’est plutôt agréable !
Nous n’avons pas eu le temps d’aller vers l’intérieur des terres pour escalader et nous sommes « contentés » des voies en bord de mer, mais navigation oblige. Si on aime la voile, on accepte ces restrictions …
Une semaine c’est trop court pour naviguer et escalader tout son saoul, il faudra partir plus longtemps la prochaine fois !

Anne Guillot et Daniela Massabo

Les participants : notre guide pour l’escalade, Mario Vannuccini, le skipper Sergio Batildi, et le reste du groupe : Andréa, Margherita, Fabio, Marco, Daniela, Anne.

Fin septembre 2010 : beau temps pour grimper et bon vent pour naviguer sur une mer turquoise ou d’un bleu profond, c’est selon…

Sardaigne