Aller au contenu principal

Om Mani Padme Hum

Soumis par Schoboboda Alain le dim, 26/10/2008 - 00:00

Cela ressemble à un rêve tel l’ambiance de la série Jonathan de Cosey, mais ce n’est plus un rêve ! Je suis à Katmandou depuis 2 jours, ce dimanche 26 octobre 2008, il est 6h20, le soleil inonde déjà la ville et j’ai difficile à traduire en mots ce que je ressens à ce moment-là. Face à un temple, en contre-jour, j’entends bruire doucement la ville 5 étages plus bas.

Katmandou, capitale des rêves artificiels de ‘68 , des trekkeurs et grimpeurs de tous poils, s’agite tout autour de moi. J’y suis !
Il y a 30 ans, à la suite d’une projection du Club Alpin, j’étais resté bouche bée devant la beauté de ces montagnes et la fascination exprimée par ceux qui en «revenaient», avaient suffi pour me décider à partir. Je comptais y passer 3 mois, à la fin de mes études….Mes études terminées, il m’a fallu pourtant attendre ce 24 octobre 2008 pour « décoller » !!!

Pour l’occasion, Monique Borlée et Bhim de l’Agence Mandala Trekking, nous ont concocté un programme idéal pour une première découverte : 3 jours d’acclimatation et de visites de Katmandou, Thamel, Pashupatinah, Bodnath, Bhaktapur,…ensuite transfert « épique » en car jusqu’à Pokhara (200 km à l’Ouest de Katmandou) pour un trek original de 7 jours, sur les balcons face aux Annapurnas, au Macchapuchare et au Manaslu.

A notre retour, une dernière journée pour les achats-souvenirs et visite de Patan, conclura à la réussite de ce voyage exceptionnel.
Pour les avoir déjà vu, lors de projections, à la TV ou dans les magazines, se trouver pour de vrai, face aux temples, shikharas, stupas, chaityas et autres palais ou simples demeures, ne laisse personne indifférent. D’autant que nous sommes noyés dans une population en liesse (c’est le Diwali = nouvel-an népalais où l’on fête diverses divinités et animaux) et que sourire pour les népalais n’est vraiment pas un effort !

L’Agence Mandala a mis à notre disposition, un guide parfaitement francophone, Mahesh Bajracharya, pour nous accompagner dans nos visites de la vallée de Katmandou. Boudhiste hyper cultivé (il s’est retiré plusieurs fois dans des monastères, en quête de « d’illumination libératrice »), il nous fera partager avec grand plaisir, la passion qu’il porte à sa religion, son pays et à ses merveilles. Impossible de retenir tous les noms des statues de divinités, de temples, des styles architecturaux et autres, qu’il nous présentera, tant ceux-ci se découvrent les uns à la suite des autres, à un rythme effréné, que leurs noms sont souvent complexes (dans mon cas, je parle en connaissance de cause), - mais ne manquent pas de musicalité - : Siddhartha, Amogasiddhi, Ashtamangala, Yidams, Ratnasambhava, Vajrayana, … Dharmashala , ….. (et ton Bodhisattva Khomsikhomsa , dirais-je à ma compagne, en fin de journée).

A la suite et en plat consistant, notre trek se voulait être une perle dans sa formule: 7 jours à avaler et dévaler les escaliers des balcons au sud des Annapurnas, sur un itinéraire quasi peu fréquenté (3 touristes croisés !!!) et avec logement sous tente. Trente six porteurs, cuisiniers et guides, pour notre groupe de 16 trekkeurs, s’affaireront à nous faire vivre une expérience unique ; à leur tête, Purna, sirdar parfait francophone, routinier des groupes belges, dirigera l’ensemble avec une bonne humeur souveraine. Départ à 20 km au nord de Pokhara, à Ryalechaur, en traversée ± Ouest-Est jusqu’à Besi-Shahar (point de départ classique du Tour des Annapurnas). Quel enchantement ressenti dès le départ, dans la découverte des rizières, des ponts suspendus, des villages gurungs et des villageois perpétuellement souriants.
Chaque lieu de campement sera d’un surenchérissement esthétique quotidien ; impossible de traduire cet hypnotisme devant cette nature merveilleusement mise en scène. Que du beau !! Et comme on trouve toujours une cerise sur le gâteau, les villageois rencontrés, leurs enfants aux yeux écarquillés et aux sourires indéfrisables nous donneront l’impression de croiser les modèles vivants d’Olivier Follmi.

Si bien qu’à la fin du séjour, notre groupe homogénéisé par tant de bien-être, a mis du temps à comprendre qu’il n’avait pas vécu un rêve; la réussite du séjour pouvait être présumée, dans semblable décor, mais il était peu évident que ce soit à cette échelle-là, dans une cohésion et facilité si naturelle que ce genre de voyage devrait être remboursé par la Sécu !

Nous sommes partis à 16, nous sommes revenus «UN», illuminé de paix intérieure, de félicité, de karma positif.
Pour conclure, je vous invite à partager cette pensée de Philippe Chatel « Faite que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore pas votre rêve » !

Merci principalement, et surtout à, sans oublier : Monique, Brigitte, Aline, Corine, Elisabeth, Nadine, Claudine, Jacqueline, Anne, Guy, Jean-Pierre, Bernard, Marc, Jacques, Christian.

Alain Schoboboda
(*) chant populaire népalais, maintes fois entendu pendant notre séjour

Om Mani Padme Hum, Namasté , Namasté , Namasté Resham Firiri, Resham Firiri,
Udayra Jauki Dadama Vanjyang Resham Firiri .(*)