Aller au contenu principal

Une sortie en montagne

Soumis par Fontaine Christian le dim, 28/05/2006 - 00:00

Nous sommes 9 au départ, ce jeudi 25 mai vers 14h, pour attaquer notre premier petit sommet de mise en appétit à partir du Refuge Torino (« le nouveau ») : L’Aiguille de Toule (3534m), un petit sommet accessible à quelques minutes à peine du refuge. Les trois cordées (Christian V. - Catherine - Patrick, Christian F - Philippe - Miguel, Bruno - Vincent - Laurent) se préparent au refuge et la chenille démarre, raquettes au pieds sur le Glacier du Géant en direction Ouest, vers le col Oriental de Toule, jusqu’au début de la voie normale. On chausse les crampons, et à corde tendue nous arrivons au sommet en quelques pas de mixte, et quelques zigzag neigeux.

Zoom arrière sur les quelques sorties en Belgique qui nous ont permis de mieux nous connaître, et de préparer la logistique de la sortie : vérifier le matériel personnel et collectif, louer ce qui ne peut être emprunté, faire les réservations d’hôtel, refuge, gîte…. Quelques randonnées en Wallonie profonde, quelques sorties en rocher (Marche-les-dames, Freyr, Grands-Malades, et Beez) pour prendre le temps de rêver d’abord, d’échafauder les projets, et de réviser quelques manips de cordes (relais, remontée sur corde, mouflage) indispensables pour standardiser nos réactions en cas de problème.

Mercredi 24-05 17h, grand départ, entassés dans 2 voitures avec tous les sacs bourrés pour une première étape jusqu’au « Formule 1 » de Dôle. Le lendemain, arrivée à Chamonix et passage du tunnel du Mont Blanc, puis montée à Torino par le « Funivie ». Après notre première petite sortie, les prévisions météo sont encourageantes pour les jours suivants, avec même une montée de la température, et une baisse progressive du vent. On décide de modifier le programme initial, histoire d’avoir de la neige pas trop molle pour la Tour Ronde, et d’espérer moins de vent pour la Dent du Géant.

Vendredi 26/05 4h30 du mat : Objectif du jour : « La Tour Ronde » (3792m) par la voie normale. Petit- déej et préparation relax du matos. On prend tout notre temps car la course n’est pas longue. Départ vers 6h30, sur le Glacier du Géant, on prend la direction Ouest vers le Col des Flambeaux, on contourne l’Aiguille de Toule dont on peut voir cette fois la face Nord et on descend vers le replat du glacier que l’on devine très crevassé en été. Heureusement, avec toute la neige qui est tombée récemment, toutes les crevasses sont bouchées. Au milieu de ce glacier, il faut remonter la pente neigeuse en direction du Col d’Entrèves.

La voie débute sur la droite par une pente neigeuse de 45°. On déchausse les raquettes et on met ses crampons.
Aujourd’hui, les 3 cordées ont changé de look: ce sera Miguel-Philippe-Catherine; Christian F.; Christian V; Patrick et Bruno- Laurent- Vincent.

En haut de la pente, un petit passage court en mixte nous conduit au relais du col Freshfield. Suit une petite traversée un peu gazeuse sur le versant Est, pour rejoindre l’arête Sud-Est qui conduit au sommet. Nous nous y retrouvons tous vers 9h30 autour de la madonne. Déjà il faut redescendre pour ne pas trouver une neige trop molle dans le premier couloir… Le temps qui est toujours au beau fixe nous permet de jouir du paysage, et de grignoter quelques biscuits avant la remontée bavante vers le refuge.
L’après-midi se passe au bar à préparer la course du lendemain, à imaginer déjà d’autres projets de sommets plus lointains et à prendre le repos nécessaire. Après le repas du soir, on prépare les sacs, car l’horaire sera plus « serré » demain.

Samedi 27/05 4h30 du mat pour « La Dent du Géant » (4013m) par la voie normale.
On prend le petit- déj et on s’équipe plus rapidement que la veille. Départ vers 5h45 sur le Glacier du Géant, en direction des Aiguilles Marbrées qu’il faut contourner par le Nord. L’ordre des cordées a encore changé : ce sera Christian F- Philippe -Vincent ; Miguel - Catherine- Laurent et Bruno- Christian V. - Patrick.
Le vent souffle et le sommet de la Dent est noyé dans un épais nuage. On s’engage dans la longue montée neigeuse qui doit nous amener au début de la partie en mixte. Au loin, une cordée semble hésiter à s’engager. A notre approche, elle s’engage dans la pente. Pendant que l’on déchausse les raquettes (pour certains), et que l’on s’équipe en crampons, une cordée italienne attaque à son tour la première pente de neige à 45° (pour aller ensuite vers les Arêtes de Rochefort).
Les nuages se sont effilochés et le sommet est maintenant complètement dégagé. Nous nous engageons dans la partie mixte : un itinéraire complexe, mais dans de la neige bien compacte. On arrive au pied de la partie rocheuse vers 8h. La base de la voie a été modifiée par un éboulement récent, et la première longueur nouvellement équipée de plaquettes (± 15m en IV+) conduit au premier relais. L’équipement de la deuxième longueur (35m en III/IV) est réduit à sa plus simple expression : 1 plaquette, une sangle pourrie, et un ancien relais sur pitons. On arrive à une belle plate-forme équipée d’un gros anneau située un peu plus bas que les plaques Burgener équipées de câbles de chanvre.

La montée est lente pour les trois cordées qui se suivent, et l’horaire s’allonge. C’est seulement vers midi que la première cordée arrive au dernier relais avant la longueur qui mène au sommet, c’est à dire à l’anneau qui sert de rappel de descente. Il est trop tard pour continuer, et la prudence commande de descendre sans avoir caressé la madonne de la pointe Graham. Quelques rappels avec de méchants coincements de corde nous ramènent au pied de la voie. Il ne faut pas traîner car la descente en mixte, à cette heure de la journée où le soleil a déjà un peu ramolli la neige, nous oblige à rester prudents jusqu’au bout. Nous sommes au bas de la voie vers 15h, et c’est en cavalant vers le refuge que nous arrivons à attraper la dernière benne de 16h30.
Cerise sur le gâteau, une bonne raclette nous attend à Cham, avec vue sur toutes ces aiguilles qui ont l’air d’être là, magnétiques, pas seulement « pour le plaisir des yeux », mais pour nous inviter à les gravir.
Le groupe : Bruno de Mathelin, Catherine Dupont, Christian Fontaine, Christian Vandeplas, Laurent Lejong, Miguel Derricks, Philippe Gelin, Partrick Simons, et Vincent Vandeplas

Carte d’identité des sommets :
Aiguille de Toule : Face Est, voie normale : 3354m ; cotation : PD- ; Longueur des difficultés : 125m ; type d’escalade : mixte ; inclinaison max : 30° ; Itinéraire de descente : idem qu’à la montée.
La Tour Ronde : Face Est, voie normale : 3792m ; cotation : PD+ ; longueur des difficultés : 200m ; type d’escalade : mixte ; inclinaison max : 50° ; Itinéraire de descente : idem qu’à la montée.
La Dent du Géant : Face Sud-Ouest par les plaques Burgener : 4013m ; cotation : AD+ ; Longueur des difficultés : 600m ; type d’escalade : neige et mixte sur 400m (itinéraire complexe bien que jalonné de quelques cairns) et rocher sur 200m (2 courtes longueurs en libre - IV+ obl - avant les câbles) ; Itinéraire de descente : 3 rappels dans la voie, et idem qu’à la montée pour la suite.

Christian Fontaine

Topos et sources: Guide Vallot
http://www.ohm-chamonix.com/ETE/accueil.php
http://alpinisme.camptocamp.com/guide.html
http://www.chamonix-meteo.com

Congé de l’Ascension 2006 – Pericoloso ma non troppo à partir du refuge Torino