Aller au contenu principal

ROC EN STOCK

Soumis par Deramée Edouard le lun, 28/11/2011 - 22:37

Roby a mis les petits plats dans les grands et mène les six stagiaires multi-âges et multi-niveaux dans les falaises des alentours, toutes équipées par ses soins.
Pendant le weekend, ambiance locale au Jervis - but de promenade dominicale des autochtones - et pourtant, devant l’affluence, l’équipe du refuge garde le sourire en salle comme en cuisine.

Le début: quelques voies en 5b 5c dans la falaise école près du refuge. Ensuite quelques voies de 2-3 longueurs face à la cascade de la Piz toujours en 5b 5c avec un bombé à passer et de belles fissures à coincements. Les longueurs se succèdent sans stress chacun à son rythme, le soir à table chacun raconte sa journée, il faut dire que les généreux repas et le vin aident aux commentaires.

Le rocher de cette région est la Serpentine, une roche métamorphique de teinte verte, très adhérente, nous prenons vite confiance.
Milieu de semaine, une superbe longueur en 4b le long de la cascade de la Piz, avec un beau soleil et vraiment à ras de la chute d'eau, ambiance garantie. Suit alors un exercice de grimpe le long d'une arête avec placement de friends et relais à construire en situation. Le message de notre guide est bien compris : "ne prenez pas de risques inutiles, vos sorties d'escalade doivent rester un plaisir".

Encore et toujours aux environs de la Piz, les cordées en réversible grimpent dans une belle face en arrière de la cascade : 4 longueurs en 5a 5b. Quel plaisir de progresser sur ce type de rocher, fines prises, gros bacs, becquets, écailles et cette super bonne adhérence de la serpentine. Que du plaisir.

Nous prenons ensuite un peu de hauteur pour séjourner au refuge du Granero, à partir duquel nous profiterons de deux journées de grimpe sur les parois du Manzol et de l’Agugliassa. Roby s’est adjoint l’aide de Muyo, un ami guide alpin également. Et que font deux guides alpins italiens lorsqu’ils ne se sont plus vus depuis des mois ? Ils n’arrêtent pas de papoter ! Ils papotent tout au long de la marche d’approche – à se demander quand ils reprennent leur souffle ! Sur les parois, par contre, ils ont l’œil à tout. Rien n’est laissé au hasard !
Le temps couvert des deux derniers jours nous permet de grimper jusqu’au-dessus des nuages – décor très aérien, ambiance féérique, emplie de mystère…
Quentin, que je qualifierais volontiers de « troubadour des Alpes », agrémente nos ascensions d’airs d’opéra, de poèmes de Baudelaire ou de tirades de films historiques tels que « Mission Cléopâtre » ou « Les Visiteurs »…Très stimulant !
J’ai aussi une pensée émue pour le coq du refuge du Granero, qui, poursuivi régulièrement par Mathieu, notre plus jeune participant, doit avoir conservé quelques stigmates de ses émotions ; rassurez-vous, il a survécu !

Une belle découverte pour les participants que cette vallée pleine de ressource.
Une très bonne expérience donc, que ce stage grandes parois ! Il a permis à chacun de progresser dans son niveau. Merci à Edouard de l’avoir organisé et à Roby pour son dévouement et son professionnalisme !

Didier Winderickx et Edouard Deramée

Une édition bien sympathique que ce stage Grande Paroi 2011. Tout comme le refuge du Jervis fidèle à sa tradition culinaire,