Aller au contenu principal

Buis-les-Baronnies 2011

Soumis par Brouwer Marcel le mer, 15/06/2011 - 00:00

.. et des amis proches ayant l'intention de passer une semaine dans cette Drôme provençale que je ne connaissais pas, me décidèrent à faire le voyage.

Avec Michel et Geneviève quelques jours après le début du rassemblement, nous apportions le soleil de Belgique (sic) alors que la météo était maussade dans le sud.
Sans grande ambition pour l'escalade et n'ayant pas emporté de vélo, nous comptions nous consacrer surtout à la randonnée et à découvrir le pays.

Cependant, les retrouvailles avec notre ami Claude Burlot, venu de Bourgogne, avec qui nous avions hanté les rochers de Freyr dans les années '50 et '60, nous poussèrent vers la Baume Rousse pour une prise de contact avec ce calcaire dont l'adhérence nous rappelait notre jeunesse lorsque les parois des bords de Meuse n'étaient pas encore lisses comme une peau de bébé.

L'ambiance au camping me rappelait celle des mois d'août aux Buthiers, les randos et la grimpe dans la forêt de Fontainebleau, les rigolades à l'apéritif du soir et la convivialité toujours si bien entretenue par Claire, Edouard et bien d'autres.

Entre les balades dans les collines ensoleillées, Michel et moi aspirions à faire une voie digne de ce nom dans la Montagne St Julien et Edouard se proposa pour nous y amener.

La voie des Guêpes semblait avoir un pouvoir d'attraction tout particulier pour les membres du groupe et un beau matin nous nous sommes retrouvés au pied de la voie.
Edouard ne la connaissait pas et la description du topo nous fut bien utile. Nous grimpions "en flêche" et le plaisir pour Michel et moi de progresser ensemble, à quelques mètres de distance, assurés par Edouard, nous comblait.
Escalade sans histoire, que du bonheur d'être seuls dans cette grande paroi si bien unis par la corde et l'amitié.
La descente en rappel cependant nous causa quelques problèmes du fait des arbustes poussant sur la paroi et qui prenaient un malin plaisir à accrocher la corde. Avec un peu d'acrobatie cependant, le socle fut atteint sans encombre.

C'est alors que l'un d'entre nous s'avisa de calculer l'âge cumulé des participants, qui s'élevait (c'est le cas de le dire) à 210 ans.

C'est ce détail "historique" qui a poussé Monique André (vélo) à me demander de faire écho à son récit de l'an passé qui concernait l'escalade de la voie par un quatuor féminin en deux cordées.

C'est donc une oeuvre de commande qui m'a permis d'évoquer mes souvenirs radieux de ces quelques jours de juin.

Marcel Brouwer

Les échos des séjours du CAB Bruxelles-Brabant à Buis-les-Baronnies étaient parvenus jusqu'à moi...

Drôme, Buis les Baronnies