Aller au contenu principal

MEILLEURS VŒUX POUR 2012 - Escalade aux calanques, en catamaran

Soumis par Lepot Monique le dim, 01/01/2012 - 00:00

Mais au départ d’un catamaran, on s’était dit que cela pouvait être ou marrant ou bien tout à fait cata.
Vie en groupe dans un espace restreint, mauvaise météo, mer houleuse peuvent présenter certaines difficultés. Ce pourquoi Christophe, dans son organisation, a pensé à une formule mixte avec quelques jours en gîte.
Il faut le dire, nous fûmes chanceux, nous avons vécu une expérience magnifique avec un groupe de gens tolérants et heureux d’être là, pour grimper ensemble, dans un cadre merveilleux... avec des moniteurs super compétents, adorables de patience.
Apercevoir, du bateau, les splendides falaises aux teintes changeantes et toutes les voies possibles à escalader, s’en approcher et voir de face tous les éperons, toits, tours, gendarmes, dents et chandelles, les arches, dièdres et traversées, les becs et en naviguant doucement, sur une eau toute bleue, encore plus près, découvrir des failles, des trous, des grottes où les formes intérieures du rocher impressionnent dans les fins rais de soleil. Il était doué, Cédric notre skipper, pour guider l’embarcation et tout enjoué de nous montrer quelques recoins secrets de la côte.
Pour grimper, ah, il a fallu accoster! Passer du dinghy aux tsingys (mot malgache désignant des reliefs calcaires où l’on ne peut marcher pieds nus) n’était pas une mince affaire. Dinghy crevé, nous devoir nager, lestés de notre matos; donc pas question d’aborder tout contre. Du coup, interrogation de certains : coule-t-on, tombé à l’eau, avec un baudard chargé de moustifs et dégaines?
Au premier jour d’escalade de grandes voies, nous étions bien joyeux de vivre au soleil. Les yeux pissant des larmes de sueur piquante, les orteils gonflés voulant sortir des chaussons bouillants, on a rêvé de marcher à l’ombre.
Les mouillages au soleil furent réservés à la baignade et Christophe nous dénicha de beaux itinéraires abrités et plus frais.
Outre l’expérience des voies classiques, une journée fut, pour certains, celle des traversées au-dessus de la mer. Noms évocateurs: le Fil de l’Eau pour Marc, Laurence et Anne vers la gauche sous le plateau de Castel vieil ; vers la droite, pour Chris avec Paul, Serge, Mike et Olivier, la Traversée sans Retour! Les uns revinrent par le Trou du Canon, à pied vers la calanque d’En-Vau au crépuscule et les autres, grâce à Cédric qui essayait de les repérer en allant et venant sur son youyou. Il est tombé à pic pour ramener tout le monde à bon port avant la nuit. Donc, traversées avec retour et Jean-Marc, Danielle et moi, qui avions fait une pose ce jour-là, étions bien soulagés de nous retrouver au complet pour partager le pastaga
Voilà, tout a été bien prévu, agencé, organisé pour nous faciliter l’existence, rencontrer nos désirs et permettre la réalisation de nos petits défis.
Finalement, les seules choses qu’on n’a pas trouvées tout de suite sont un paquet d’épices que Jean-Marc, à la cuisine, recherchait à grands cris, une sangle qu’Anne désirait ardemment remettre dans son stock et pour ce qui est de la culotte du bikini de Laurence , elle a sans doute définitivement pris le large avec les poissons venus nous rendre visite (peut-être est-ce Olivier qui en a fait son trophée?).
Pour le reste, tout ce qu’on espérait est arrivé et on ne pense qu’à une chose, revivre tout ça encore une fois, avec les copains, nouveaux, anciens, futurs, bienvenus à bord!
Monique L.
(participants: Serge, Mike, Danielle, Paul, Olivier, Anne, Laurence, Cédric le skipper, Jean-Marc et Monique avec Marc et Christophe, les moniteurs)

Les Calanques, pas de souci... l’on sait que l’escalade sur leurs rochers blancs est un plaisir sans cesse renouvelé.

Calanques, Marseille