Aller au contenu principal

Le spectacle peut commencer

Soumis par Membre Cabbrabant le 18 October 2011

Jean-Pierre et Claude étaient les éclaireurs lors de notre trekking au Sikkim, toujours sur les talons de notre guide, Suba. Voici le récit de Jean-Pierre lors de sa découverte du « Gocha La »…
Nous avons appris au Sikkim que pour voir les montagnes, il faut se lever tôt et avoir de la «Chance». Levés à 4 heures du matin, nous marchons dans la nuit, et déjà le jour se lève! Une immense chaîne (qui hier n'existait pas) se dévoile devant nous : le spectacle peut commencer!
Le temps presse si nous ne voulons rien manquer. Un premier arrêt pour croquer l'embrasement de toute la chaine qui se mire dans le lac sacré...Claude et le guide Suba sont déjà loin pour franchir cette arête qui nous cache la moitié du paysage.
Enfin j'y suis ! La vue est formidable sur toute la chaîne des Kabrus (7338m) et en embuscade, le Kangchendzounga. Et je peux voir le plat de résistance de la journée, tout au bout de la vallée ; ce fameux col, déjà assailli par des nuages venant de l'est, qui essayent de le franchir. Claude et Suba attendent les autres, pour moi impossible de résister ! Après avoir proposé à Claude de me suivre, je plonge dans cette longue vallée, franchis quelques élévations et atteins le pied des moraines. Les brumes sont déjà derrière moi et le chemin se cache. En prenant la direction du col, je monte sur la moraine intermédiaire. Freinés un moment par le mont Pandim, les nuages se répandent dans la vallée. Heureusement ils se disloquent et me permettent de profiter de belles fenêtres sur cette splendide arête glacière des Kabrus. Mon chemin est barré par le lac qui s'est formé au pied du glacier, que je dois contourner pour franchir la moraine principale. Ici la vue est splendide, et me permet de profiter de belles éclaircies pour enfin voir le Kangchendzounga (8598m) qui apparaît au milieu du col. Arrivé au sommet de la moraine, je retrouve le chemin, étonné de ne voir personne, et ne peux résister à franchir le faux col pour atteindre l'objectif de notre voyage « Le Gocha La » (4940m), couvert de neige sur sa face nord. Malheureusement, je n'ai plus droit qu'à quelques lambeaux de montagne à travers les nuages!
Retour par le bon chemin, encore de belles trouées sur la face nord du Pandim (6691m). Quelle n'est ma surprise de retrouver dans la vallée, notre Sirdar Sonam, assez inquiet de mon retour tardif. Il a dû sans doute déjà vivre de semblables événements. Enfin, après l’apothéose de notre voyage, retour rapide au camp, replié entretemps. Mais les copains ont eu la gentillesse de déménager mes effets!
Jean-Pierre Devaux

Jean-Pierre et Claude étaient les éclaireurs lors de notre trekking au Sikkim, toujours sur les talons de notre guide, Suba. Voici le récit de Jean-Pierre lors de sa découverte du « Gocha La »…