Aller au contenu principal

Trois 4.000 pour la Bande des 7

Soumis par Fontaine Christian le 20 mai 2007

...malgré les réservations prises.

Obligés de changer le programme, on décide de partir de Saas fee et de concocter un enchaînement de sommets et de refuges, avec des itinéraires « bison futé », pour le cas où un sommet ou l’autre serait inaccessible. La suite sera encore plus difficile que prévu à cause du mauvais temps.

J1: Vendredi 11/05/07. Comme d’habitude, les voitures se remplissent après la journée de boulot, et on se retrouve tous au Formule 1 de Colmar pour une première nuit commune, et une bonne moitié du trajet réalisée.

J2: Samedi 12/05/07. Deuxième partie du trajet en voiture jusque Saas Fee. Le village est désert, mais inaccessible en voiture. Il faut les laisser dans un parking couvert et payant, on trouve donc plus économique de les laisser dans le village précédant, Saas Grund, et de laisser les 2 conducteurs revenir à Saas Fee en bus. Nous sommes largement à temps pour attraper le téléphérique de Felskinn à 16h30, le seul ouvert en cette saison.
Une rando sur le glacier nous amène au refuge de Langflue, où nous attendent 2 chambres tout confort.

J3: Dimanche 13/05/07. Nous savons déjà que le beau temps ne va pas durer, et qu’il nous faudra de la chance pour arriver au sommet de l’Alphubel (4.206), notre premier objectif. Départ vers 5h30. La pente s’élève directement en face du refuge par une série de ressauts et de replats neigeux jusqu’au col de l’Alphubeljoch, où il faut effectuer un long contournement pour éviter une barre de séracs. Le beau temps a été clément jusque là mais pendant toute la montée on a pu apercevoir sur la crête N-S du Hinter Allalingrat qui sépare le FeeGletscher du Hohlaubgletscher, des nuages menaçants.
Brusquement vers 11h, la masse de nuages saute la crête et se répand sur tout le massif. Des skieurs au-dessus de nous continuent de monter. On contourne un grosse zone de séracs et la pente est très forte. La neige est assez pourrie. On s’enfonce, les raquettes ne tiennent pas. On continue encore un peu, mais maintenant qu’on est dans le brouillard, il faut prendre une décision. Finalement à 200m du sommet on décide de faire demi tour. La sécurité avant tout. Il faudra encore redescendre jusqu’à Langflue dans le brouillard, avec une trace déjà pratiquement effacée, mais heureusement avec le Gps en main.

J4: Lundi 15/05/07. On le savait à l’avance, lundi allait être une mauvaise journée météo. A partir de la mi-journée, la neige, la grêle, et le vent sont au rendez-vous. Heureusement le chemin est encore plus ou moins visible. On mettra 2h30 pour faire le chemin de Langflue à Britannia Hutte.

J5: Mardi 16/05/07. Même topo aujourd’hui. Le temps ne s’améliore pas. Brouillard et neige toute la journée. Les seules occupations seront les jeux de carte, le « jeu des cabanes suisses » (un nouveau jeu de société édité par le CAS pour découvrir la suisse et ses refuges), une sortie jusqu’à l’Allalingletscher dans la purée totale et au Gps pour se dégourdir quand même un peu les jambes, et l’ascension du « kleine Allalin » 40 mètres au dessus du refuge, notre exploit du jour.

J6: Mercredi 17/05/07. Enfin du beau temps. Départ à 4h30 du refuge vers le Strahlhorn. Le ciel est étoilé, la neige pas trop profonde malgré les précipitations d’hier. Un petite crevasse traître à éviter, et on se retrouve rapidement à l’embranchement de l’Allalingletscher et de l’Hohlaubgrat. Le soleil se lève et nous dévoile le sommet dans des tons orangés. Mais il nous faudra environ 6h30 de marche pour arriver au sommet que nous atteignons vers 11h. Une cordée composée d’un guide suisse et de ses 2 clients nous y rejoint.
Le retour est long aussi : 3 h, et le mauvais temps revient comme nous arrivons au refuge. C’est mal barré pour demain. Nous comptions faire le Rimpfishorn et redescendre jusque Täschhutte, dans la vallée de Zermatt. Ce ne sera pas possible. Il faut téléphoner au refuge pour annuler, et trouver une solution pour jeudi soir, car la gardienne nous annonce que Britannia est full pour le we de l’Ascension. Nous devrons retourner à Langflue, ce qui était initialement prévu, mais à partir de Täschhutte.

J7: Jeudi 18/05/07. Même trajet que lundi, mais en sens inverse, et en pire. Le chemin de Britannia à Felskinn est pratiquement devenu invisible, et coupé par des coulées d’avalanches. La gardienne nous avait prévenu, il vaut mieux ne pas traîner dans le coin. De Felskinn à Langflue, la visibilité n’est pas meilleure. Nous retrouverons le refuge en suivant les piquets du télésiège qui longent un contrefort de l’Alphubel.

J8: Vendredi 19/05/07. Le vent a soufflé toute la nuit en tempête. Contre toute attente, on trouve le matin une neige pas trop profonde, et pas trop poudreuse. Danger d’avalanche niveau « marqué » en principe, mais il a fait plus froid que les autres nuits. La neige s’est bien tassée sous l’effet du vent, et on décide d’aller voir à quoi ressemble la voie jusqu’au Feechopf (3.888m), voie normale de l’Allalinhorn.
En montant on croise la cordée suisse qui nous avait rejoint au Strahlhorn. Après les remerciements d’usage pour avoir fait (une partie) de la trace, Ils nous dépasseront au Feechopf et nous précèderont au sommet. A 200m sous le sommet, le temps est toujours au beau fixe, la neige tient bien, et est même plutôt verglacée. Rien d’instable, malgré ce qui est tombé la veille. On ne prendra pas trop de temps à se décider d’aller jusqu’au sommet que l’on atteint vers midi.
Retour à Langflue où Patricia, la gardienne, nous a promis des œufs au jambon pour midi. Mais la journée n’est pas finie ! Il faut encore redescendre à pattes dans la vallée (1800m, soit 2200m de dénivelé négatif depuis le sommet !), et faire un bout de route jusqu’au F1 de Mulhouse pour se rapprocher de la Belgique.

J9: Samedi 20/05/07. Enfin de retour vers 13h au bercail. Et en plus il fait beau…Presque 3 sommets, malgré une météo pourrie, c’est ce qu’on appelle limiter les dégâts. Qui dira encore qu’il faut rester chez soi quand les prévisions ne sont pas top ? En tout cas, on est tous prêts à repartir.

L’équipe : Christian, Christian, Christophe, Joel, Laurent, Philippe, Pierre.

Carte d’identité des sommets :

Alphubel (4.206m) par Langflue : il s’agit d’un itinéraire de ski de randonnée.

Difficulté globale : PD ; Altitude de départ : 2870 m. ; Dénivellation montée : 1350 m. ; Remarques difficultés : Une combe raide sur 150 m sous le sommet.
Description de l'itinéraire :
Du refuge, rejoindre une pente neigeuse qui longe un contrefort rocheux (droite) et des séracs qui surplombent le glacier (gauche). Remonter ensuite des pentes pour aboutir sur une croupe (on évite les séracs de droite) vers 3200m. Rejoindre une grande pente évidente et aboutir après un passage en général assez crevassé, sur des pentes douces vers 3700m (à proximité du col de l’Alphubeljoch). Contourner des séracs (sur la droite). Remonter en direction d'une combe assez raide en évitant des séracs à gauche sur 150m puis franchir une crevasse en général par la gauche et directe au sommet. ; Descente idem.

Strahlhorn (4190 ): Voie normale de la Britanniahutte

Altitude de départ : 3030 m ; Dénivellation montée : 1260 m. ; Longueur des difficultés : 400 m. ; Difficulté globale : F ; Type d'escalade : neige ; Description de l'itinéraire (montée) :
Depuis la Britanniahutte ; descente sur le glacier du Hohlaubgletscher à 2950m .Monter du glacier entre de nombreuses crevasses puis passage d'une épaule rocheuse à env 3150m .De là descente par un névé sur l'Allalingletscher qu'on suit par le bord gauche en direction SSW. A env 3400m on suit à bonne distance la paroi E du Rimpfischorn pour arriver par une faible pente à l'Adlerpass ( 3789m ). Du col , on suit l'arête WNW du Strahlhorn pour arriver au sommet à 4190 ( large arête de neige ).
Description de l'itinéraire (descente) : idem

Allalinhorn (4027 m): Voie Normale depuis Langflue

Altitude de départ : 2870 m. ; Dénivellation montée : 1060 m. ; Difficulté globale : F ; Type d'escalade : neige
Description de l'itinéraire (montée) :
Du refuge de Langflue suivre la piste de ski puis traverser le téléski et la piste pour rejoindre l'itinéraire qui passe sous les séracs de la face nord. S'élever en zigzaguant entre les quelques crevasses jusqu'au col côté 3826m. Du col, s’engager sur la pente orientée SW, jusque sous l’arête mixte face Sud sous le sommet. Description de l'itinéraire (descente) : idem

Topos et sources :

- Guide Maurice Brandt, Guide des AlpesValaisannes 5, du Strahlhorn au Simplon, Ed CAS.1991
- Les 4000 des Alpes, H Dumler et W.P. Burkhardt, Ed Arthaud 2000.
- Cartes suisses n°s 1328-1329-1348
- http://alpinisme.camptocamp.com/guide.html
- http://www.slf.ch/ : voir la rubrique « journal blanc » pour la météo.

Cela avait mal commencé, car notre projet au Mont Rose à partir de l’Italie et du refuge Gnifetti avait été annulé pour cause de fermeture du refuge en dernière minute...