Aller au contenu principal

Editorial Par Mont et Par Vaux Juin 2012

Soumis par MARTIN Lambert le sam, 02/06/2012 - 00:00

Les lecteurs assidus de la revue « VERTICAL », et surtout ceux des années 1990, se souviendront sûrement des chroniques écrites pendant plusieurs années par Emmanuel Cauchy, alias « Docteur Vertical ». Il signait ses articles en sa double qualité de guide et de médecin urgentiste attaché au secours en montagne dans le massif du Mont-Blanc. Il a participé à des expéditions sportives ou scientifiques sur de nombreux sommets du globe, associant recherche médicale et intervention d’urgence. Il s’est ainsi constitué une fabuleuse expérience de terrain qu’il a partagée dans des ouvrages comme « Docteur vertical » en 2005 et « Médecin d’expé » en 2009, qui se lisent comme des romans.
Il y a quelques années, Manu Cauchy s’est lancé dans un projet de grande envergure, la création d’un Institut de Formation et de Recherche en Médecine de Montagne : l’IFREMMONT.
Ajoutons à cela la mise sur pied du « service SOS MAM » : un concept de soutien sanitaire à distance s’appuyant sur la télémédecine et la permanence 24h sur 24 de médecins urgentistes et spécialisés en médecine de montagne. Une idée géniale : que vous soyez au Pôle Nord, au sommet de l’Everest ou au fin fond de la forêt vénézuélienne, vous avez la possibilité de bénéficier par téléphone des conseils d’un spécialiste en cas de pépin sérieux. Bien sûr on peut rétorquer que cette sécurité ajoutée diminue encore l’engagement des expéditions, mais à l’heure du téléphone satellite et des routeurs météo, est-il trop prudent de limiter au maximum les risques en utilisant tous les moyens mis à notre disposition ?
En 1983, lors de notre aventure à la tour de la Fleur de lotus dans le grand nord canadien, nous avions été débarqués par un hydravion qui venait nous chercher un mois plus tard sans aucun contact possible avec la civilisation. La seule alternative en cas de secours était une mine de tungstène à trois jours de marche en passant par un glacier. Là aussi nous avions mis toute les chances de notre côté, en emportant pour la circonstance une paire de crampons et un piolet ! A chaque époque ses solutions, mais ce ne sont pas les progrès dans la communication qui vont diminuer l’attrait de l’aventure.
Très intéressés, mon ami Luc Herickx et moi par ce projet de télémédecine, nous sommes partis suivre à Chamonix une « formation de médecine de Montagne ».
Quatre jours enrichissants de théorie, d’ateliers pratiques, de films et de discussions où l’on aborde les principaux traumatismes liés aux terrains d’aventure : gelures, mal aigu des montagnes, œdèmes d’altitude… mais aussi où l’on réapprend comment se constituer une pharmacie d’expédition adaptées aux objectifs : le minimum à savoir pour tous ceux qui ont de projets en vue.
Seule ombre au tableau : le coût de la formation, déplacement et logement sur place compris. C’est pour cette raison que la commission médicale du CAB est actuellement en pourparlers avec l’IFREMMONT, afin d’organiser la formation en Belgique et la rendre plus abordable pour nos membres. Une affaire à suivre…
Lambert Martin

Pour plus d’information sur IFREMMONT : www.ifremmont.com

*traitement contre l’épuisement.

« Les bienfaits du Guronsan* chez l'alpiniste » « Quoi de neuf sur la foudre ? »
« La trousse de secours du docteur Vertical »

chamonix