Aller au contenu principal

DE SANS SOUCIS A L’ENTRE DEUX

Soumis par MARTIN Lambert le 28 August 2012

La Réunion – Ile de randonnée
Petit bouton éruptif dans l’océan indien, l’île de la Réunion a plus d’un tour dans son sac une fois qu’il s’agit de randonner. L’île est partagée entre 2 massifs, l’un (le piton de la fournaise) en éruption quasi permanente et l’autre (le piton des neiges) en un trèfle composé de 3 cirques grandioses dont le plus étonnant et attrayant est le cirque de Mafate. Au cours d’une visite précédente, du fond du cirque nous avions été séduits par une ligne horizontale qui barrait à mi-hauteur le spectaculaire rempart du Maïdo qui nous surplombait de 1000m. Il fallait absolument qu’un jour nous passions par-là !
Voilà pourquoi nous nous retrouvons pour commencer notre traversée sur la canalisation des Orangers qui démarre du village de Sans Soucis. Une entrée magistrale dans le cirque par un long cheminement horizontal vertigineux dominant de plusieurs centaines de mètres la rivière des galets, nous permet de nous imprégner de l’isolement du site. C’est presque plat (à part le début), pourtant nous sommes dans un mur végétal avec ça et là un morceau de canalisation. Enfin nous découvrons tous ces pics aux noms charmants que seuls les créoles peuvent inventer : Piton des calumets, Piton Cabri, Piton Tortue, Papangue… etc ainsi que tous les petits îlets : îlet à malheur, grand place, Cayenne, Aurère, îlet des Orangers, îlet des Lataniers, etc… A la tombée de la nuit, nous nous arrêtons à Roche plate dans un gîte où nous goûtons la cuisine réunionnaise ainsi que leur punch arrangé qui nous permet de passer une excellente nuit.
Nous continuons à longer le rempart, d’où la vue est toujours aussi belle vue sur le cirque, et passons par 3 roches - l’endroit mérite le détour – une roche usée par le passage de l’eau qui se faufile dans un puits qu’il vaut mieux ne pas sonder. Enfin c’est la montée vers Marla pour une dernière nuit dans Mafate.
Le lendemain, une rude montée vers le col du Taibit avec en point de mire les « 3 Salazes » qui pointent leurs 3 dents telle une mâchoire édentée. Et c’est la découverte du cirque de Cilaos, très certainement plus urbain que Mafate. C’est l’occasion de se reposer pour mieux attaquer le sommet de l’île : «le piton des neiges ». La montée est raide dans une végétation bien dense et l’arrivée au collet avant le refuge est un pur bonheur même si les nuages montent à l’attaque du piton.
Le matin, c’est une course pour arriver au sommet de l’île avant le lever du soleil et les nuages galopants, mais cela en vaut la peine. L’île est sous nos yeux, qui se pare de toutes les couleurs avant de se draper dans les nuages. Et c’est dans le vent et la purée de pois que nous entamons le coteau Kerveguen qui relie le Piton des neiges avec la crête aérienne du Dimitile et ses nombreuses échelles, le soleil est heureusement à nouveau de la partie. Encore une nuit au gîte Emile, et nous terminons cette belle diagonale par la descente interminable du sentier du zèbre jusqu’au village de l’Entre Deux…pas le moindre petit bistrot, pas la moindre petite échoppe pour déguster la bière dont nous rêvions depuis de nombreuses heures… C’est dimanche et tout est fermé.
On a plus qu’à fermer les yeux en rêvant un peu à cette semaine passée à chevaucher les crêtes.

Babeth & Lambert Martin

DE SANS SOUCIS A L’ENTRE DEUX - UNE TRAVERSÉE ORIGINALE DE L’ILE DE LA RÉUNION

cirque de Mafate, Sans Soucis