Aller au contenu principal

Editorial de Par Mont et Par Vaux décembre 2012

Soumis par MARTIN Lambert le dim, 02/12/2012 - 00:00

Ce ne doit pas être une folle tentative, vivement poussée sans tenir compte du péril. Courir, sans réfléchir, vers des dangers de toutes sortes, n’est nullement une preuve de courage persévérant. De tous les principes qu’il convient d’appliquer, le premier est celui d’aide mutuelle ! »
George H . LEIGH-MALLORY LA RECONNAISSANCE DE LA MONTAGNE (EVEREST 1921)

Patrick Edlinger est mort : Il avait 52 ans. Un personnage mythique de l’escalade vient de nous quitter brusquement. Il avait quitté la scène médiatique en 1995, suite à une grave chute en falaise, et s’était retiré dans son lieu favori : la Palud- sur-Verdon dans les Alpes de Haute Provence, où il tenait un gîte.

Un géant de la grimpe s’est retiré du spectacle, et pourtant, en dehors du cercle de l’escalade et de la montagne, peu de bruit dans le monde du sport ou des médias.
Des principes, le grimpeur aux mains nues en avait, et il va marquer de son empreinte le début des années 80. Sur les traces de Reinhold Messner, il prône l’entraînement spécifique de la force et de la souplesse et l’escalade en libre poussée à l’extrême. Il va jusqu’à grimper en solo avec pour tout équipement un sac à magnésie et un bandeau dans les cheveux.

Patrick Edlinger, c’est aussi un mode de vie original et simple : pour se consacrer à sa passion, il parcourt le monde avec sa camionnette qui lui sert de maison. Sa vision de l’escalade se concrétise entre autre par la réalisation avec Patrick Berhault de la trilogie Overdon, Overice et Oversand, 3 films de Jean-Paul Janssen et un peu plus tard en 1982, par le mythique « La vie au bout des doigts » toujours du même réalisateur. Le succès médiatique de ce film le propulsera bien involontairement sur les rangs de la popularité.

Au début des années 90, à l’occasion de l’ouverture de la salle d’escalade « Le Belgica », nous eûmes l’occasion d’accueillir Patrick en Belgique. Il nous avait laissé le souvenir d’un homme assez timide et sympathique.

En septembre 2000, il participa à une première partie de la « grande traversée des Alpes » avec son comparse de toujours Patrick Berhault, qui devait malheureusement disparaître en 2004 sur l’arête du Täschorn en Suisse. Les deux Patrick auront marqué toute une génération. Ils nous ont quittés trop tôt tous les deux. Tchao et chapeau bas pour les artistes.

Pour les fêtes de fin d’année, « Par Mont et Par Vaux » vous propose une nouvelle rubrique « LIVRE » qui ne devrait pas manquer de vous intéresser. Profitez des soirées d’hiver pour imaginer au coin du feu vos nouvelles et prochaines aventures et venez attiser votre imagination aux soirées culturelles : elles vous réservent quelques surprises….

Les bénévoles animateurs du Conseil d’administration du CAB BB vous souhaitent sincèrement la réalisation (raisonnable) de vos rêves (les plus fous) ainsi qu’une bonne et heureuse année 2013.

« Il convient de gravir la montagne comme des montagnards doivent le faire.
Les ascensionnistes doivent agir en prenant des précautions.