Aller au contenu principal

L’apprentissage de la sécurité, c’est pour les autres. 1er de cordée 2012

Soumis par Membre Cabbrabant le 20 October 2012

- Le premier est de grimper "en tête"
- Le second est de redescendre en rappel (plus c'est long, plus c'est bon !).
- Enfin, le troisième est de partager ma passion avec mes amis débutants ou non en les initiant à ce sport.

Au mois de juillet, Julien est venu me voir avec le programme du CAB-BB en m'annonçant la prochaine tenue d'un "Stage sécuritaire 1er de cordée".
Ma première réaction a été de lui dire de s'inscrire car depuis un an, il grimpe en falaises et il le fait la plupart du temps "en-tête".

Je lui ai fait part de toutes mes connaissances dans le domaine mais un guide de haute montagne lui en apprendra sûrement plus et mieux.

En continuant ma réflexion, je me dis que ce serait bien d'y participer moi aussi. Je pourrais rafraîchir mes connaissances et une telle expérience ne peut avoir que du bon.

Et voilà, c'est parti on s'inscrit tous les deux et on entraîne au passage un autre collègue (plus on est de fous et plus on rit).

Au matin du samedi 29 septembre, nous nous retrouvons tôt et par un temps très froid à l'entrée du camp d'entraînement des commandos de Marche Les Dames (MLD pour les intimes). Les stagiaires sont une dizaine (Junko, Sathosi, Venu, Bertrand, Kevin, Charlotte, Gilbert, Jérôme, Julien, Sandy et Moi) et les moniteurs sont 5 (Jean, Yves, Edouard, Guy et Tanguy).

La journée commence par une présentation générale du stage et de ses objectifs. Puis Jean de Macar nous présente le sujet du jour : La moulinette.
Je me demandais ce qu'on peut encore apprendre après 20 ans sur la pratique de la moulinette. La présentation de Jean et les deux ateliers qui ont suivi (l'un au sol et le second en situation réelle) m'ont apporté de nombreuses réponses.
Nul n'est besoin de s'encombrer de matériel pour réaliser une simple moulinette. Pas besoin non plus de se désencorder au risque de perdre du temps et sa corde...

La journée continue et les activités aussi au programme de l'après-midi : Nœuds et école de vol.
On revoit certains nœuds et on en apprend de nouveaux. Cet atelier permet rapidement de se rendre compte que même si on sait faire un nœud chez soi, en falaise et d'une seule main ça devient vite difficile.
Les nœuds de chaise, de huit, de cabestan, de mule, de pêcheur, Prussik, Machard ou Marchal nous deviennent ainsi plus familiers.
En parallèle à cet atelier se déroule l'école de vol où Jean s'envole (vers le sol) et où nous apprenons l'assurage dynamique. Encore une belle leçon ! Voler n'est pas forcément un danger et assurer n'est pas synonyme de "sec !". On en profite pour faire répéter les chutes à Jean (pour apprendre, bien sûr).
L'après-midi se termine par l'apprentissage d'une forme particulière de moulinette : La réchappe. Un peu de théorie suivi d'un peu de pratique et nous voilà prêts à abandonner une voie avant d'avoir atteint le relais.

Le lendemain toujours aussi tôt et par temps froid, nous nous retrouvons à Yvoir sur les rochers du Paradou pour y apprendre la pratique du relais et l'assurage du second. La superbe "Dalle Impériale" nous accueille sur ses flancs offrant à Jean une vue linéaire de tous les points de relais. En deux longueurs nous sommes au sommet. Merci aux organisateurs pour nous avoir fait découvrir cet endroit unique !
Après une première mise en pratique, on en fait une seconde. Jean nous demande de changer de binôme et je me retrouve (avec plaisir) obligé de grimper sans mon Julien. Kevin prends la relève et m'emmène sur la voie la plus à droite, un peu trop même puisque nous terminons sur la voie éponyme "La Dalle Impériale". Kevin se lance en tête, il est très motivé mais il semble souffrir. Après quelques efforts il atteint le point de relais, il crie "Relais !" puis "Vas-y !". Je m'élance à mon tour et centimètre par centimètre je gravis les 35 mètres qui me séparent de lui. Je comprends tout au long de cette voie les difficultés qu'il a rencontrées, mon avis est partagé entre "Merci Kevin de m'avoir fait découvrir cette voie" (qu'il découvrait lui aussi) et "qu'est-ce qu'on fout ici !" suivi de quelques jurons. Arrivé enfin aux côtés de Kevin, je m'attache et quand la question du choix du premier de cordée se pose pour la deuxième longueur, je réponds sans hésiter : "Vas-y !". Les difficultés s'enchaînent mais ne nous découragent pas. Nous terminons la voie avec une très grande fierté. Verdict du topo : 1ère longueur 6b, 2ème longueur 6b+ (Merci Kevin !!!).
Jean nous présente le principe du mouflage et nous terminons la journée autour d'un verre dans une ambiance des plus conviviales.

Le Samedi suivant, nous nous retrouvons (sans Yves) à Freyr pour l'apprentissage du rappel. La journée commence dans le refuge du CAB ou Jean nous présente la partie théorique et nous demande une première mise en pratique sur les panneaux mis à notre disposition dans ce local, suivie d’une mise en situation dans le secteur de « la Jeunesse ». Le rappel dont le départ s’effectue dans une grotte fut vertigineux et très arrosé (la pluie bien sûr..).
La matinée se termine par un bon repas autour d'une grande table où Jean nous raconte ses exploits sur les cascades de glace du Jervis.
Pour nous réchauffer et nous sécher un peu, l’après-midi commence par un bon chocolat chaud au « Chamonix » puis nous voilà partis pour le « Mérinos ». Nous nous attachons au sommet autour d’un arbre (un peu chétif) puis le radius et le cubitus se déroulent sous nos pieds dans un long rappel en deux longueurs. Pour corser un peu plus l'aventure, une pluie intense et continue s'est encore invitée à la partie. Tandis que le glissement du Prussik essorait la corde à grosses gouttes, nos pieds tentaient d’apprivoiser le rocher transformé en patinoire. Les pentes raides du chemin du retour ont achevé de nous fatiguer.
De retour au refuge, nous faisons un débriefing et Jean nous apprends la remontée sur corde à l'aide de deux Prussiks. Nous terminons la journée au "Chamonix" autour d'une bière dans une ambiance chaleureuse.

Après une semaine d'attente, nous nous retrouvons à nouveau à Freyr pour la journée d'évaluation.
Guy étant absent, Thomas et Jacques sont venus en renfort de l'équipe d'encadrement.
Jean nous rappelle toutes les techniques apprises pendant les semaines passées (moulinettes, nœuds, relais, rappels, remontée sur corde) puis c'est le moment de montrer nos connaissances.
Cinq ateliers sont mis en place dans lesquels nous passons à tour de rôle pour montrer ce que nous avons retenu.
Après le repas, c'est le moment d'aller sur le terrain, et arrivés au sommet de l'"Al Lègne", nous descendons chacun notre tour par un rappel en deux longueurs jusqu'au sol.
Il pleuvait des cordes et les nôtres étaient trempées. Nos vêtements eux aussi se sont gorgés d’eau, le chocolat chaud du "Chamonix" fût une fois de plus le bienvenu.

Ce stage s'est déroulé dans une atmosphère si agréable qu'une semaine après le stage, quelque chose nous manque, on a envie d’y retourner. Le froid et la pluie ont marqué ce stage par leur forte présence, je propose au CAB de nous décerner un brevet « Sécurité 1er de cordée » avec mention spéciale « Stage amphibie ».

Merci à tous, moniteurs et participants pour ce stage qui dépasse (et de très loin) ce que j’en attendais.

Yann.

Voilà plus de 20 ans que je grimpe à la fois en salle et en falaise.
Quand je sors en falaise, j'ai trois plaisirs :

Landelies