Aller au contenu principal

Albanie 2012 "Nik Tamare"

Soumis par MARTIN Lambert le 10 August 2012

4 jeunes savoyards de 14 à 16 ans, 2 éducateurs de la maison d’enfants du Chaudan (association Le Gai Logis) à Albertville, 1 caméraman, voilà l’équipe qui embarque un beau jour dans un minibus en partance pour les lointaines montagnes albanaises.
Dans le véhicule, nous avons chargé tout le matériel d’escalade nécessaire pour tracer de nouveaux itinéraires sur ces belles parois, ainsi que quelques slacklines, pour aller à la rencontre des grimpeurs albanais. La charge n’est pas que matérielle, il y a aussi les soucis de chaque jeune, les objectifs des éducateurs, et les images que nous créera le regard omniprésent de la caméra.
Une aventure inédite, dans un pays encore peu connu, avec une équipe débordante d’énergie, un périple atypique, dans un univers minéral incroyable, un pays où tout reste à faire, à tout le moins en matière de grimpe.

Dès notre arrivée en Albanie, nous accueillent nos amis Gerhard et Klevi, deux grimpeurs albanais, en même temps que la chaleur, écrasante.
Ils nous emmènent directement dans les gorges de Bovilla, un des rares sites d’escalade déjà équipé, mais où il reste encore pas mal de possibilités d’ouverture.
En Albanie il y a une dizaine de grimpeurs actifs, et des centaines de parois jusqu’à 800m de hauteur, vierges de toute ascension.
C’est d’ailleurs parce que nous sommes tombés par hasard sur un clip de Gerhard, posté sur internet et vantant le potentiel vertical de son pays, que notre projet est né.

David, Hicham, Jean baptiste et Dylan vont ouvrir le bal, en gravissant l’arête Est de la pointe 1240. Pour deux jours, ce sera l’occasion pour les jeunes d’expérimenter pour la première fois les joies du bivouac, loin au-dessus de Tirana.
Un matelas pas assez gonflé, des pierres pointues, un sol en pente, bref que du bonheur ! Mais au-delà de tout ça, un souvenir inoubliable de ces lumières qu’on ne trouve que là-bas.
Et puis l’arrivée au sommet avec la joie et la fierté d’avoir réussi, et le paradoxe de vouloir le quitter au plus vite pour retrouver un peu d’ombre et de fraîcheur, ainsi que le « confort » de notre camp de base.
Quant à Sofiane, Thierry, Gerhard, Klevi et Manu, ils vont se frayer un passage au travers des dalles compactes dominant le camp.
Sur la falaise principale, les Albanais nous indiquent une zone où ils aimeraient équiper des voies faciles ; les jeunes vont avoir l’occasion d’ouvrir eux-mêmes leur propre voie, en partant du bas, pendus sur des crochets à goutte d’eau ou des friends et tirant la perceuse pour forer les trous ! Reliés cette fois-ci à leur « guide-éducateur » par la parole et non par la corde !
Au final Dylan, Sofiane et Thierry traceront deux jolies voies en 4c et 5a.

L’objectif principal du voyage était d’aller dans le nord du pays sur les falaises de Tamare, petit village situé près de la frontière avec le Monténégro.
Ici les faces sont beaucoup plus hautes, jusqu’à 600m. Après une journée de repérage, nous choisissons une face de 200 mètres de haut située à 30 minutes de notre camp.
Nous y ouvrirons pas moins de 3 itinéraires, sur un rocher sculpté et abrasif.
Même au plein cœur des montagnes, la chaleur ne nous laissera pas de répit, les départs matinaux seront pour certains jeunes plus durs que l’escalade elle-même.
Autre activité du séjour, la Slackline (et la waterline, cette dernière servant plus à nous rafraichir) nous aura permis de travailler notre équilibre.
Une expérience qui fera ressentir à certains jeunes une impression de légèreté et de liberté, malgré quelques chutes aussi spectaculaires que drôles.
Ce voyage était aussi l’occasion de découvrir un autre pays, une autre culture. Nous avons donc profité des derniers jours pour aller faire un tour en bateau sur le lac Koman.
Une traversée sur ce lac de barrage artificiel construit dans les années 70, long de 34km et par endroits large de seulement 50m, un petit air de gorges du Verdon sans les touristes.
Le bateau nous a mené à Fierza, petit village fantôme non loin de la frontière du Kosovo, qui suite aux événements de 1997 est resté une des dernières zones de non-droit en Europe !
Une journée entière passée à regarder des parois et à imaginer revenir peut-être y grimper un jour.

Après avoir parcouru les falaises et les routes albanaises, nous repartons vers la France, chargés de nouvelles expériences et de souvenirs, à partager avec nos familles, nos amis et le plus grand nombre.
Certains d’entre nous rêvent déjà de revenir, et tous de continuer à grimper.

Voies réalisées :

Bovilla : « Chloé » 7a max/120m (Manu Pellissier, Thierry Alves de Almeida, Gerhard Duro, Klevi) le 06/07/2012
Bovilla : « arête Est de la pointe 1240 » 4c max/400m (David Autheman, JB Assier, Dylan Capogna, Hicham Malezka) le 05 et 06/07/2012
Falaise de Bovilla : 2 voies 4c et 5a (Dylan Capogna, Sofiane Cheryh, Thierry Alves de Almeida) Le 07/07/2012
Tamare : « Tamare en slip » 5c max/200m (David Autheman, Manu Pellissier, Sofiane Cherih, Thierry Alves de Almeida) Le 10/07/2012
Tamare : « Nik Tamare » 5c max/200m (David Autheman, Manu Pellissier, Sofiane Cherih, Dylan Capogna) Le 12/07/2012
Tamare : « la Façade » 4c max/100m (Manu pellissier, JB Assier, Thierry Alves de Almeida, Dylan Capogna) Le 13/07/2012

Remerciements :

- Bourse MXP (millet, katadyn, julbo, Ifremmont)
- Bourse « Chloé Graftiaux »
- Bourse FODACIM
- Décathlon Albertville
- Géant Albertville
- ASOLO
- PETZL
- Maison d’enfants du Chaudan- association le Gai Logis

Projet primé par la Bourse 2012 «Chloé Graftiaux Passion Together»

Sheffield