Aller au contenu principal

Stage tous niveaux juillet 2013

Soumis par Hoeffelman Jea… le mar, 30/07/2013 - 00:00

puis par sa fréquentation essentiellement féminine ; en effet, en dehors de votre serviteur et bien sûr notre vénéré moniteur Thierry, le sexe « dit fort » brillait par son absence. Tant mieux pour nous – je parle de Thierry et de moi, et ce d’autant que nous étions en très petit comité (quatre participants !) ; ça aussi c’est une particularité de ce stage qui mérite qu’on s’y arrête. Quoi, l’Autriche c’est trop loin ? Même distance que le Val d’Aoste ; Il faut pouvoir se débrouiller en allemand ? Que nenni, dans tous les refuges on parle anglais et ils sont drôlement bien tenus au point que, pour ceux qui sont faciles d’accès, l’alpiniste a quelque peu tendance à être remplacé par le touriste lambda mais soit…Alors quoi ? C’est vrai que les autrichiens sont parfois un peu « stijf » (rigides) ; les faire sourire n’est pas toujours facile et il vaut mieux respecter les consignes. Mais quels accueils !
Nous avions notre camp de base installé dans l’auberge de jeunesse de Heiligenblut à l’est du massif du Grossglockner. Grand confort - d’autant qu’en dehors d’une colonie d’enfants nous y étions quasi seuls.
Comme les autres années, le stage s’est déroulé en deux passes avec une journée de repos agrémentée d’une jolie petite via ferrata. Des courses mixtes, peu difficiles dans l’ensemble mais parfois engagées sur des arrêtes taillées dans un excellent schiste qui recèle parfois - pour les connaisseurs - de jolis petits cristaux de grenat et des filons de chlorite. Tout cela dans un enchevêtrement de montagnes qui s’étend de toutes parts jusqu’à l’horizon (le parc national du Haut Tauern est le plus grand des Alpes) avec au sud les grandes parois caractéristiques des Dolomites ; ambiance sauvage, un peu aride car dénuée de hauts sommets enneigés mais bien sûr, en final, le point culminant de l’Autriche qui, malgré sa sur-fréquentation (par la voie normale) et sa modeste altitude (3798 m) reste une course très plaisante. Bof me direz-vous, même pas un 4000 ? Non, mais c’est tout de même le second sommet des Alpes en termes de hauteur de culminance : 2424 m (hauteur minimale d’un sommet par rapport au col qui le sépare d’un sommet plus élevé).
Un seul petit regret en final : le très petit nombre de participants ne permettait pas de moduler les courses en fonction du niveau de chacun, mais on ne peut avoir à la fois le beurre et l’argent du beurre.
Jean-Michel Hoeffelman

Le stage d’alpinisme tous niveaux 2013 se différentiait quelque peu de celui des années précédentes, d’abord par le choix du terrain – en l’occurrence l’Autriche –

Val Macimo, Sondrio