Aller au contenu principal

Slackline?

Soumis par Villanueva Sean le 20 October 2007

.....demander à mes copains Canadiens ce qu’ils ont fait de leur journée de repos. Et tout à coup "Wack !", avant que je ne m'en rende compte, je me retrouve étalé au sol en train de pleurer de douleur. "Quel idiot a tendu une sangle de 20m entre deux arbres? A quoi ça sert ?". Ma première pensée est que ça sert de ligne de mire. C’est le lendemain, pendant ma journée de repos, que j'ai découvert le véritable but de cette sangle tendue.
Slackline? Dérivé des mots anglais "slack" (mou) et "line" (ligne), peut être décrit comme du funambulisme sur une sangle. La grande différence entre le funambulisme sur câble et la slackline, c’est que la sangle est plus molle et plus élastique. Une slackline peut être courte, seulement quelques mètres (shortline), ou très longue (longline), et peut-être tendue soit près du sol (lowline), ou en hauteur (highline). Souvent on utilise des slacks plus courtes pour faire des figures (tricks) comme par exemple: départ assis, s’allonger, demi tour, positions yoga, sauts, saltos, etc. Les possibilités dépendent des barrières que vous vous mettez dans la tête. Si vous ne mettez pas de barrières, alors les possibilités sont infinies!
Apprendre le slack
Certains semblent plus doués que d’autres mais tout le monde peut apprendre la slackline. C’est un peu comme apprendre à jongler ou à rouler à vélo. Au début, ça paraît impossible, mais ne vous laissez pas décourager!!! Tout à coup vous commencerez à trouver un peu d’équilibre, et par la suite cela viendra de plus en plus vite. Puis, avant même que vous ne le sachiez, vous serez en train de marcher sur la sangle. Il est plus facile d’apprendre sur des slacks plus courtes (5m), et de passer progressivement à des lignes plus longues. Avec un minimum de persévérance, tout le monde peut apprendre en une après-midi. Utilisez d’abord l’aide de quelqu’un en vous appuyant sur son épaule, ensuite graduellement passez au bras, à la main, au doigt, jusqu'à ce que vous vous teniez tout seul.
Quelques conseils:
Regardez un point fixe. Fixez votre regard sur un point fixe loin devant vous, par exemple un point sur l’arbre. Les débutants ont souvent le réflexe de regarder leurs pieds ou la slackline, mais ceux-ci bougent et ne sont donc pas de bons repères pour trouver l’équilibre.
Ecartez vos bras. Utilisez vos bras et éventuellement une jambe pour trouver votre équilibre. Vous pourrez corriger plus rapidement votre équilibre si vos bras sont écartés que s'ils sont le long de votre corps. Cfr le funambule utilisant un long bâton.
Restez décontracté. Si vous êtes trop tendu ou si vous mettez trop de tension dans vos muscles, la slackline commencera à trembler très rapidement (comme la jambe d’Elvis). Il faut être relâché pour pouvoir adapter son corps aux mouvements et à la fréquence du slack.
Descendez votre centre de gravité. Quand vous perdez l'équilibre, vous pouvez souvent récupérer en descendant votre centre de gravité, c'est-à-dire en pliant vos jambes. De toute façon, il vaut mieux plier légèrement les genoux quand vous marchez sur la slack.
Il faut y croire. Soyez convaincu que vous en êtes capable. Ne désespérez pas si au début ça a l’air impossible.
Amusez-vous. Ne vous prenez pas la tête, c’est pour le fun! Sûrement le conseil le plus important.
Plus de conseils, astuces et figures sur www.slack.fr
La relation entre le slackline et l’escalade?
Il est clair que l’équilibre est un élément important pour bien grimper. Mais ceci dit, l’équilibre acquis en slackline est très différent de celui nécessaire pour l’escalade, et n'est à ce propos pas vraiment transférable. Ce qui est très important pour faire de la slack, et au moins aussi important pour bien grimper, c’est la concentration. Trop de gens se mettent des préjugés dans la tête, qui freine leur performance en grimpe. L’expérience du moment présent est déformée et la spontanéité est bloquée.
Pour faire de la slackline, il faut se mettre dans un état «d’esprit optimal », dans lequel la pensée, l’émotion et l’expérience fusionnent entre elles. La notion du temps n’existe plus, tout se passe « ici et maintenant », vous faites un tout avec la slack et l’environnement. Le dialogue interne doit s’éteindre, sinon vous perdez l’équilibre. C’est d’ailleurs avec ce même état d’esprit que vous grimperez le mieux et que vous profiterez le plus de votre expérience de grimpe. Il faut être zen mec! Avec le highline se rajoute en plus la notion de peur, que vous devrez apprendre à dominer, ce qui peut certainement aider à garder la tête froide et à gérer les passages engagés en escalade.
En résumé: la slackline est une activité très chouette, parfaite pour s'exercer pendant les journées de repos lors de vos vacances escalade.
La slackline aurait connu ses débuts au Yosémite, quand certains grimpeurs ne savaient que faire avec leur surplus de sangle. Depuis lors, c’est devenu une des activités principales des grimpeurs pendant leurs journées de repos aux Etats-Unis. Doucement, l’activité a été transmise en Europe par des grimpeurs en voyage.
Attention: la slackline peut créer une dépendance!

Sean VILLANUEVA

Automne 1999, après une longue journée de grimpe dans Red River Gorge (Kentucky, USA), je reviens au camping dans le noir. Super excité, je cours vers le feu pour....