Aller au contenu principal

Virginie chez les Fils du Soleil

Soumis par Lecocq Virginie le 12 mai 2014

Après avoir atterri à Lima, on a tout de suite pris le bus pour Huanchaco, une plage de surfeurs au nord de Lima près de la ville de Trujillo où nous avons travaillé pendant un mois dans un café/restaurant un peu chic en bord de plage, tenu par 3 jeunes surfeurs péruviens. Non payées mais logées et un peu nourries, nous bossions avec deux autres filles, dont Ioana, super sympa, qui par la suite est partie s'installer à Lima avec son copain. Huanchaco est un chouette endroit mais on en a vite fait le tour si on ne fait pas de surf. La baignade n'est pas super agréable: les vagues sont grandes, la plage n'est pas belle et la mer pue (il paraît que c'est normal à cette période de l'année, une sombre histoire de plancton...). On a tenté quelques fois le surf mais pas assez pour arriver à un résultat très convaincant. Pareil pour l'espagnol d'ailleurs. Enfin, même si le mois était long, l'ambiance était bonne et c'était un bon moyen de commencer le voyage, de découvrir et de s'adapter au Pérou (on a surtout eu du mal à s'habituer à jeter nos papiers toilette dans la poubelle et pas dans la cuvette).
Puis nous sommes descendues à Huaraz en mode backpacker. Huaraz est le QG des grimpeurs randonneurs et de fait je n'ai pas été déçue, puisque j'y ai passé plus d'un mois en tout. On avait l'info d'une chouette auberge de jeunesse, Monkey Wasi, dans laquelle il y a un mur de bloc. Comme c'était la basse saison, il n'y avait quasi personne à l'auberge, et on s'est lié d'amitié avec le patron. Il nous a présenté un de ses amis, Cesar qui fait des études pour devenir guide de montagne. C'est dingue ces études, ça a l'air super dur, ils ont un examen d'entrée où ils doivent passer plusieurs semaines en montagne et porter des sacs de 45 kg... Il n'y a qu'une seule école de guide pour tout le Pérou et seulement quelques guides en sortent diplômés chaque année (et évidemment aucune fille). Bref, quand nous sommes arrivées à Huaraz, leurs cours n'avaient pas recommencé et on a pu faire pas mal d'escalade avec Cesar et son pote Guido. Ya pas mal de couennes, énormément de blocs (j'ai appris à apprécier un peu plus le bloc) et nous avons grimpé un jour sur un site avec des voies de 4 longueurs, très jolies ! J'ai entendu qu'il y avait un Big Wall dans le coin, mais je n'y suis pas allée, il était trop en altitude pour la saison et le niveau est un peu trop élevé pour moi. Le rocher là-bas est super abrasif, ce n’est pas toi qui tient le rocher, c'est plutôt le rocher qui te tient. En tout cas, il y a de quoi faire, on va pouvoir faire un camp CRA à Huaraz la prochaine fois !
C’est là que j'ai entendu dire qu’on cherchait quelqu’un(e) pour travailler dans un refuge de montagne (4200m) à environ 60 km au sud de Huaraz, dans un endroit appelé Hatun Machay. Regardez les photos sur Internet, c'est assez particulier comme endroit : une forêt de rochers, un peu comme Fontainebleau mais en plus petit et avec des rochers plus élancés. Certains rochers, sur les bords de la forêt, atteignent 30m. Il y a une centaine de voies équipées et un milliard de blocs. J'ai bossé dans le refuge pendant deux semaines. La première semaine, Ana est restée au refuge avec moi pour travailler et la deuxième semaine, elle est partie à Lima rejoindre Ioana. Je pensais que ça serait une expérience d'ermite, étant donné que c'est la basse saison et que le refugerio précédent est resté deux mois et demi seul et s’y ennuyait comme un rat mort (il construisait des portefeuilles avec des boîtes de lait vides et parlait tout seul...). Heureusement, j'ai eu beaucoup de chance parce que la météo commençait à s'améliorer et il y a toujours eu des gens au refuge avec moi. La première semaine, on a rencontré Chevy, un grimpeur super fort qui vient d'Equateur. Il était venu à Hatun Machay avec un ami photographe, Salva, qui prenait des photos et réalisait des vidéos pour un film sponsorisé par Northface. C'est un film sur son projet, une 8a+ dans un toit qu'il avait équipé quelques mois auparavant. Comme Salva ne fait pas d'escalade, Chevy avait besoin d'un assureur et j'ai donc été pas mal grimper avec lui pendant qu’Ana gardait le refuge (merci Ana!) Ici le lien pour aller voir le film :
http://chileclimbers.cl/2014/05/07/chevy-crespo-en-hatun-machay-un-luga…
Le proprio du refuge lui a filé du matos pour équiper d'autres voies et m'a montré comment faire, j'ai équipé une voie complète que j'ai appelée « Ana, donde esta el queso », en hommage à Ana et à un fromage péruvien qu'on a cherché toute la semaine sans le trouver (je soupçonne les chiens de l'avoir mangé). La voie est un peu trop dure pour moi mais je crois qu'elle est chouette. Je n'ai pu l'essayer qu'une fois, pas eu le temps de beaucoup la travailler et j’en suis un peu frustrée! Chevy n'a pas réussi à enchaîner son projet non plus mais il n'est pas passé loin, c'est dommage. La deuxième semaine au refuge sans Ana était moins sportive mais il y avait tout le temps des gens et je ne me suis pas ennuyée (couper le bois, nourrir les chiens, nettoyer...)
Après, je suis redescendue sur Huaraz pour toucher mon salaire péruvien (moins de 100 euros pour les 2 semaines au refuge) et j'ai été rejoindre Ana à Lima. Huaraz et Hatun Machay étaient juste super, j'ai appris énormément en escalade et en espagnol. J'ai déjà envie d'y retourner, il y a encore plein de belles randos et de rochers à escalader. Et j'aimerais bien essayer une montagne aussi... Et si j'y retourne, je prendrai du matos pour équiper des voies car là-bas ça coûte plus cher et du coup, ils n'équipent pas beaucoup.
Avec Ana et Ioana à Lima, logement à l'hôtel España, et visite de la ville. Ensuite, 24h de bus pour arriver à Cusco où nous sommes restées environ trois semaines, mais je raconterai ça dans un prochain e-mail.
Virginie Lecocq

Les photos de Hatun sont publiées avec l'autorisation du photographe SALVA http://salvadorarellano.com

Partie avec son amie Ana, Virginie nous raconte ses tribulations dans le nord du Pérou…
Première partie : Huanchaco-Huaraz-Lima-Cuzco.

Hatun Machay, Huarza