Aller au contenu principal

Editorial par Mont et par Vaux septembre 2014

De même, ceux qui n’aiment que les courses de rocher ou que les courses de glace, que les arêtes ou les que les faces. Non, ne rien refuser des mille et une joies qu’à chaque instant la montagne nous propose. Ne rien écarter, ne rien limiter. Avoir soif, avoir faim, pouvoir aller très vite, savoir aussi aller lentement ou encore contempler. Vivre ! »
Gaston Rébuffat 1956

Ou dormons-nous ce soir

tout est au refuge Gervasutti, huit cents mètres plus bas, ou à l’étape suivante, au col des Petites Jorasses.
En cette fin de journée d’été, le soleil distille toujours une appréciable tiédeur.
– T’as vu la neige ?
– Ouais, c’est de la soupe… Pas trop le goût de traverser ces champs de crevasses pour descendre au refuge.

Le Mont-Blanc pour les 15 ans d'Evolution Verticale

Cet été, pour les 15 ans c’est au sommet du Mont-Blanc que l’on s’est donné rendez-vous. Connaissant l’expérience de certains en montagne, je décidai de faire deux groupes, l’un allait suivre la voie normale et l’autre une voie plus technique par l’Aiguille de Bionnassay, l’idée étant de se rejoindre à 4300m pour gravir tous ensemble le sommet.

Sylvia Vidal

Quand j’étais étudiante en éducation physique à l’université, j’ai eu la possibilité de participer à un raid de sports (d’) aventure. Une semaine non-stop d’orientation, de moutain-bike, de rafting… et d’escalade. J’ai réellement commencé l’escalade en 1994, et je grimpais déjà de longues voies en solitaire lors de ma première année de pratique.

S'abonner à 2014-3